La grande victoire des Républicains en 2004 signifie-t-elle que 2006 et 2008 seront de grandes occasions pour les démocrates ou bien le résultat de la semaine dernière pose-t-il les fondations d’une majorité stable qui durera une génération ? La victoire de George W. Bush est historique, c’est la victoire obtenue avec le plus de voix et il est le premier président à gagner des sièges au Sénat et à la Chambre des représentants lors de sa réélection depuis Roosevelt en 1936.
Au Congrès, le chef de la majorité républicaine Bill Frist va trouver le Sénat plus confortable avec quatre sièges de plus, une nouvelle direction démocrate et de nombreux démocrates anxieux pour leur réélection en 2008 compte tenu de la défaite de leur chef de file Tom Daschle la semaine dernière. Le président de la Chambre des représentants Dennis Hastert a une opportunité de construire une majorité bipartisane en ralliant les démocrates qui ne veulent plus du libéralisme de leur chef de file Nancy Pelosi alors que les électeurs ont montré leur attachement aux valeurs morales. Mais qu’est-ce que cela va donner à long terme ? Si on compare les présidents ayant obtenu une telle victoire, on remarque que Jefferson et ses partisans ont gouverné pendant 24 ans, McKinley a ouvert une ère de majorité républicaine de 36 ans qui n’a été interrompue que par une scission dans le Parti républicain et la majorité de Roosevelt est restée 20 ans sans interruption à la Maison-Blanche et 64 ans à la Chambre avec seulement deux interruption républicaine qui n’ont pas duré plus d’un mandat. Karl Rove sait cela et depuis 1999, il travaille à la formation de ce type de majorité.
Pour que cela fonctionne sur la durée, il faut trois choses :
- Mener une politique qui améliore la vie des gens, en commençant par le système de santé.
- Inclure les minorités dans les politiques de développement et de santé.
- Apprendre à reconnaître nos erreurs et en tirer les conséquences.

Source
Washington Post (États-Unis)
Quotidien états-unien de référence, racheté en août 2013 par Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

« Seizing a Stable Majority », par Newt Gingrich, Washington Post, 9 novembre 2004.