Yasser Arafat n’est plus à Ramallah, il a été remplacé par une équipe de personnalités modérées recherchant des solutions pragmatiques. Cette nouvelle réalité est un défi pour les trois acteurs essentiels dans ce conflit :
- L’Autorité palestinienne va devoir prouver qu’elle est vraiment différente d’Arafat et qu’elle veut sérieusement négocier avec Israël.
- Ariel Sharon va devoir prouver qu’il peut négocier avec des Palestiniens s’il ne s’agit pas d’Arafat.
- George W. Bush va devoir prouver qu’il peut apporter une réponse constructive.
Le vrai test sera l’application du plan de désengagement de Gaza et la façon dont les acteurs profitent de cette occasion. Les Israéliens et les Palestiniens vont devoir nommer des équipes de transition pour préparer le désengagement : une équipe militaire chargée du transfert de la sécurité aux forces palestiniennes et une équipe économique chargée de préparer le nouveau régime économique. Le président Bush va devoir de son côté mener l’effort international pour soutenir cette évolution. Il ne faut pas gâcher l’opportunité offerte par la disparition d’Arafat.

Source
Jerusalem Post (Israël)

« Momentous triple challenge », par Ephraim Sneh, Jerusalem Post, 9 novembre 2004.