L’accord de sécurité irako-US, qui devrait être signé par le nouveau gouvernement irakien issu du scrutin du 1er octobre à venir, légalisera 14 bases militaires permanentes des États-Unis, en cours de construction.

La discussion sur le retrait des GI’s est donc un leurre. Il s’agit uniquement pour Washington d’abandonner toute responsabilité en Irak, tout en maintenant environ 80 000 hommes confinés dans des bases en vue d’opérations futures dans la région.

Voici la liste des 14 bases :
- 1. Zone verte (Bagdad)
- 2. Camp Falcon-Al-Sarq (Bagdad), capacité : 5 000 hommes.
- 3. Camp Victory-Al Nasr (à 5 km de l’aéroport international de Bagdad), capacité : 14 000 hommes.
- 4. Camp Anaconda/Base aérienne de Balad, capacité 20 000 hommes
- 5. Camp Taji
- 6. Base aérienne d’Al Taqaddum
- 7. Camp Fallujah
- 8. Camp Speicher (Tikrit)
- 9. Camp Al-Qayyara (Mossoul)
- 10. Camp Marez (Mossoul)
- 11. Camp Renegade (Kirkuk), capacité : 1 664 hommes.
- 12. Base secrète (entre Irbril et Kirkouk)
- 13. Camp Al-Talil (Nasiriyah), capacité 6 000 hommes
- 14. Patrol Base Shocker (frontière iranienne)