Réseau Voltaire
8 décembre 1793

Les tentations de la victime

+

Le 8 décembre 1793, la charette emporte la comtesse du Barry à travers Paris vers la place où se dresse la guillotine. « La du Barry » ne veut pas mourir et le fait savoir. La Gazette écrit : « Elle criait si fort, dénoncait l’injustice de son sort avec tant d’ardeur, suppliait la foule horrible qui entourait l’échafaud avec des paroles si enflammées que le peuple se mit à gronder, à s’émouvoir... Le bourreau dut se dépêcher de faire son office, de peur qu’une révolte n’éclate ». Tant le tchéquiste Béria que le nazi Heydrich s’inspireront de cette anecdote pour recommander que les exécutions se fassent dans la discrétion, loin des regards et afin d’éviter les « tentations théâtrales de la victime ». « Pour qu’une exécution publique ait l’impact voulu sur les esprits des spectateurs, écrit Heydrich, il faut que la victime soit abjecte et brisée, sinon elle risque de se prendre pour Danton ou la Du Barry et de retourner l’opinion ». Béria complète l’analyse : « Un disparu, sans cadavre, sans sépulture connue, n’a aucune chance de devenir un martyr ».

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.