Réseau Voltaire
14 décembre 1790

La politesse révolutionnaire

+

À Paris, le journal révolutionnaire Le Mercure national publie un appel « pour un changement des mœurs et usages, l’instauration d’une politesse révolutionnaire ». Tous les citoyens sont invités à recourir au seul tutoiement. « Le vous est un salut adressé au seigneur et qui signifie "toi et tes vassaux". Cette expression s’est étendue du possesseur de fief au possesseur de biens : "toi et tes louis d’or". Voilà donc une survivance féodale. Disons donc "Tu" à tout le monde, même au roi. Puisque personne n’est plus maître de personne, remplaçons monsieur et madame par citoyen et citoyenne ». La pratique a du mal à s’imposer, elle devient un signe d’appartenance politique. Finalement, en novembre 1793, un décret interdit le voussoiement assimilé à une manifestation contre-révolutionnaire, passible de l’échaffaud. Madame de Saintes écrit « Pauvre ami, tutoyer les gueuses vous faisait déjà perdre la tête, voussoyer les dames vous la fera perdre pour de bon ».

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.