Avec le vote des deux chambres du Congrès et la signature assurée du président, la loi de réforme du renseignement va entrer en application et un poste de directeur national du renseignement va être créé. Cela va avoir des côtés positifs et négatifs, mais la conservation du renseignement tactique par le Pentagone ôte bien des problèmes au projet. Une question bureaucratique critique est de décider où siègera ce directeur et son administration : cela ne peut être à la CIA, car cela l’immergerait dans une culture responsable de nombreux échecs. Cela ne peut être au Pentagone sans qu’on l’accuse d’avoir un jugement biaisé. Cela ne peut être à la Maison-Blanche sans risquer une confrontation avec le conseiller pour la sécurité nationale. Il faut qu’il ait ses propres locaux. Un des résultats positifs de la création de ce poste est que les différentes agences seront mises sur un pied d’égalité. Toutefois, le plus important n’est pas la création de ce poste mais la réforme interne. Il faut diminuer le poids de la bureaucratie et augmenter le nombre des analystes. Il faut changer la culture de la CIA qui refuse trop souvent de partager ses informations, même depuis le 11 septembre. A la Defense Intelligence Agency (DIA), il faut accroître le nombre des analystes régionaux sur le terrain. Le Congrès et la presse doivent aussi prendre leur part de responsabilité dans ce qui arrive au monde du renseignement : leurs pression ont tendance à politiser le renseignement.

Source
Washington Times (États-Unis)
Propriété du révérend Sun Myung Moon (Église de l’Unification).

« Reform from within », par Darl Stephenson, Washington Times, 15 décembre 2004.