Avant de pouvoir nous retirer d’Irak, il va falloir remplir deux conditions : l’émergence d’un gouvernement et d’une constitution considérés comme légitimes par les Irakiens et le développement par ce gouvernement de sa capacité à faire respecter la loi et à vaincre l’insurrection. Les élections étaient une étape importante en direction du premier objectif, mais cela a eu un faible impact sur le second.
Lors de l’audition de Condoleezza Rice par le Sénat, nous nous sommes affrontés elle et moi sur le nombre d’homme dans les forces irakiennes. Elle affirmait qu’il y en avait 125 000, j’affirme qu’il y en a entre 4 000 et 18 000. Il y a un an, Donald Rumsfeld affirmait qu’il y avait 210 000 Irakiens en uniforme, mais ces chiffres ne veulent rien dire. La vraie question est : combien d’Irakiens sont capables de faire le travail réalisé par nos troupes ? Certainement pas 136 000 comme l’affirme la Maison-Blanche.
Voici les faits :
- La police : l’administration Bush affirme avoir 57 290 policiers entraînés. Par « entraînés », elle entend trois semaines de formation pour les anciens policiers de Saddam Hussein et huit semaines pour les recrues récentes alors que la plupart des pays développés forment leur policiers en 16 ou 24 semaines pour leur faire faire un travail bien moins difficile. Rien d’étonnant à ce que la quasi-totalité des policiers de Mossoul ait déserté en novembre face à une insurrection.
- La garde nationale : Elle est censée rassembler 36 827 hommes, mais elle a été durement touchée par les attaques de l’insurrection et l’absentéisme y est élevé.
- L’armée : elle regroupe le reste des 136 000 hommes annoncés et en dépit de leur courage, ils sont incapables d’agir indépendamment face à l’insurrection.
Après un an d’errance, la nomination du général Petraeus est une bonne chose, mais on est encore loin des chiffres annoncés. Je pense qu’il n y’a qu’entre 4 000 et 18 000 Irakiens capables d’affronter l’insurrection. Il faut accélérer la formation, embarquer des officiers états-uniens avec les troupes irakiennes et presser les pays étrangers à nous aider dans la formation des troupes.

Source
Washington Post (États-Unis)
Quotidien états-unien de référence, racheté en août 2013 par Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

« Training Iraqis : the Facts », par Joseph R. Biden Jr., Washington Post, 6 février 2005.
« Numbers don’t matter, standards do », Gulf News, 11 février 2005.