Visionnaire, le président Bush a parlé de sa volonté d’étendre la démocratie dans le monde. Nous avions évidemment l’Irak à l’esprit mais d’autres régions du monde pourraient être le théâtre d’explosions de violence. Afin d’éviter une nouvelle tragédie, il est indispensable que les États-Unis et la communauté internationale trouvent une issue au problème du Kosovo.
Son statut n’a jamais été clairement défini après les frappes de l’Otan en 1999. Le Kosovo est sous mandat de l’ONU mais la souveraineté est toujours exercée par l’Union de la Serbie et du Monténégro. Après dix années d’oppression de la part de Belgrade, d’actes ignobles et de migrations forcées, la majorité albanaise du Kosovo, 90 % de la population, ne se satisfera pas d’autre chose que l’indépendance. Après presque six ans, la cohabitation entre Serbes et Albanais est toujours impossible et le but avoué de la Serbie est d’empêcher l’indépendance du Kosovo. Des affrontements comme ceux du début de cette année qui ont fait 20 morts et 800 blessés peuvent se reproduire et torpiller les efforts de stabilisation des états multi-ethniques des Balkans.
On ne doit pas oublier que des élections démocratiques ont été organisées par deux fois au Kosovo et que les éléments fondamentaux pour une économie moderne et fonctionnelle sont là, les conditions pour une existence propre en tant qu’état sont donc réunies. Une partie de l’élite politique, militaire et médiatique de la Serbie n’a pas fait le deuil de l’ère Milosevic. Leur but est une partition qui comprendrait deux parties serbes : les villages du Nord ainsi qu’une partie de la ville de Mitrovica et la zone plus au Sud où vivent les deux tiers des Serbes du Kosovo.
Pour éviter une guerre, des combats pour Mitrovica et une offensive serbe sur le Nord du Kosovo, une solution sur le statut doit être trouvée par l’ONU sous le patronage des USA. Les conditions préalable à un futur du Kosovo sont :
- Pas de retour sous le giron de Belgrade.
- Pas de partition du pays.
- Pas d’union ultérieure avec l’Albanie ou un pays voisin.
Si la résolution est bloquée au conseil de sécurité de l’ONU, alors en 2006 nous devrons organiser un référendum sur la constitution avec les Européens puis reconnaître diplomatiquement le nouvel État du Kosovo.

Source
Clarin (Argentine)
Der Tagesspiegel (Allemagne)

« Der Kosovo muss unabhängig werden », par Wesley Clark, Der Tagesspiegel, 10 Février 2005.
« Kosovo : no a otra tragedia », Clarin, 16 février 2005.