Réseau Voltaire

Discours de Blaise Compaore à la 64e Assemblée générale de l’ONU

| New York (États-Unis)
+
JPEG - 28.7 ko

Monsieur le President ;
Mesdames et Messieurs les Chefs de delegations ;
Monsieur le Secretaire general ;
Distingues delegues ;
Mesdames, Messieurs ;

Je voudrais vous presenter Monsieur le President, mes vives felicitations pour votre election a la presidence de la 64eme session de PAssemblee generale, et rendre hommage a votre predecesseur. Au Secretaire general Ban Ki-Moon, je reitere notre soutien pour son action.

La 64eme session de PAssemblee generale de notre Organisation commune se tient a un moment ou la communaute internationale, confronted a diverses crises, s’interroge sur les conditions de batir un monde de paix et de developpement partage.

En effet, si les consequences politiques et economiques de la crise financiere que nous vivons actuellement concernent le monde entier, elles sont et seront plus severes pour les pays africains en raison de la fragilite et de la faible diversite de leurs economies.

Est-il juste que ceux qui ne sont pas a 1’origine de ce vaste dereglement international soient ceux qui paient le prix le plus fort ? Assurement non.

C’est pourquoi, face a la profonde recession qui affecte la planete entiere, il importe de renforcer les partenariats au developpement aux fins de corriger les dysfonctionnements du systeme economique mondial defaillant.

Je salue les pertinentes conclusions des conferences au sommet sur la crise financiere et economique susceptibles de nous installer dans une gouvernance mondiale plus vertueuse, garante d’un developpement durable pour 1’ensemble des Etats.

Pour relancer la croissance, instaurer le plein emploi et retablir la confiance, 1’adoption de regies strictes de regulation et de controle du systeme financier international est fondamentale.

Parallelement, 1’accroissement de 1’aide aux pays en developpement est necessaire pour favoriser 1’atteinte des objectifs du millenaire pour le developpement.

Monsieur le President ;

Le ler septembre 2009, le Burkina Faso a subi des inondations qui ont entraine des pertes en vies humaines et des degats materiels tres importants. Je renouvelle ma profonde gratitude a nos amis et partenaires qui nous soutiennent dans la gestion des consequences de cette catastrophe naturelle.

La multiplication, dans le monde, de tels evenements est due aux effets des changements climatiques. II nous faut par consequent, prendre la mesure de 1’imperieuse necessite d’y apporter des solutions appropriees. A cet egard, j’apprecie la forte convergence de vues, ainsi que la mobilisation de la communaute internationale autour de la problematique des changements climatiques.

La 15eme Conference des Nations Unies sur les changements climatiques, prevue du 7 au 18 decembre prochain a Copenhague offrira aux nations du monde une occasion privilegiee pour prendre des decisions hardies afm de preserver notre generation et proteger notre planete des effets du rechauffement du climat.

C’est dans cette perspective que le Burkina Faso abritera, du 9 au 11 octobre 2009, a Ouagadougou, le 7eme Forum mondial sur les opportunites pour un developpement durable dans le contexte des changements climatiques.

Cette rencontre permettra a PAfrique, continent a faibles capacites de resistance et d’adaptation aux consequences du changement climatique, d’enrichir sa contribution au debat mondial sur la question.

Monsieur le President ;
Mesdames, Messieurs ;

Les conflits recurrents qui affectent le monde, constituent de veritables menaces pour la paix, la securite internationale et de serieux obstacles au progres economique et social des nations.

Le Burkina Faso exprime sa vive preoccupation face a la situation qui prevaut actuellement au Darfour, au sud Soudan et reitere son engagement a accompagner le peuple soudanais dans sa quete de paix.

A ce titre, 1’envoi dans cette zone d’un bataillon militaire burkinabe pour le compte de la Mission hybride des Nations Unies et de 1’Union africaine pour le Darfour, ainsi que la participation prochaine d’une unite de police constitute aux operations de maintien de la paix, s’inscrivent dans cette logique.

L’appui de la communaute internationale aux efforts du Mediateur conjoint ONU - Union africaine, pour creer les conditions d’un dialogue productif et d’un accord definitif de paix entre les principales parties, est indispensable.

Monsieur le President ;

La situation en Somalie demeure egalement une tragedie qui exige un franc soutien au Gouvernement federal de transition, afin qu’il retablisse de fa9on irreversible la securite sur toute 1’etendue du pays et dans les eaux territoriales somaliennes.

Le Burkina Faso suit aussi avec une attention particuliere, 1’evolution de la situation politique en Guinee et a Madagascar.

Dans ces deux pays, j’invite les differents acteurs politiques a engager un dialogue constructif avec toutes les parties prenantes pour un retour rapide a 1’ordre constitutionnel.

Monsieur le President ;
Mesdames, Messieurs ;

Je felicite 1’Union africaine et les organisations sous regionales dont les efforts ont permis de trouver des solutions satisfaisantes a de nombreux foyers de tensions sur le continent.

La tenue de 1’election presidentielle en Guinee-Bissau constitue un exemple de succes remporte par la communaute internationale.

J’invite particulierement la Commission de consolidation de la paix a soutenir le gouvernement bissau-guineen dans la reconstruction du pays.

Monsieur le President ;

En Cote d’lvoire et au Togo, 1’engagement des acteurs politiques a assurer Papplication effective des Accords de sortie de crise, suscite de reels motifs d’espoirs pour 1’organisation d’elections presidentielles regulieres et transparentes.

Je salue la disponibilite constante du Conseil de securite a accompagner la Cote d’lvoire dans la mise en osuvre de 1’Accord politique de Ouagadougou et 1’invite a poursuivre son action en faveur d’une resolution pacifique des conflits.

Monsieur le President ;
Mesdames, Messieurs ;

S’agissant de la question du Sahara Occidental, le Burkina Faso reaffirme son adhesion a la resolution 1813 du Conseil de securite des Nations Unies, soutient les efforts du Secretaire general pour la recherche d’une solution politique et considere « I’Initiative Marocaine pour la negotiation d’un Slatut d’Autonomie de la Region du Sahara » comme une voie appropriee pour le reglement de ce different !.

Au Moyen-Orient, nous nous felicitons du bon deroulement des elections au Liban et encourageons ce pays a ameliorer ses relations avec la Syrie et Israel.

La stabilite retrouvee du Liban et les perspectives de normalisation avec les Etats voisins constituent une opportunite pour envisager avec serenite un reglement global de la question palestinienne.

La contribution de la Republique de Chine (Taiwan) au developpement des pays les moins avances merite d’etre saluee.

Sa participation a la derniere session de 1’Assemblee mondiale de la sante augure d’une evolution positive de I’apport de ce pays a la vie de la communaute internationale.

Monsieur le President ;

Depuis quelques annees, la question de la proliferation des armes nucleaires, qui represents un immense danger divise la communaute internationale.

J’adresse mes remerciements et mes encouragements au President OBAMA pour avoir organise et dirige avec succes le sommet du Conseil de securite consacre au desarmement et a la non proliferation nucleaires. Les engagements pris pourraient conduire a un monde denuclearise, plus ambitieux dans Pexploitation du nucleaire civil et plus vigilant sur les trafics illicites des matieres nucleaires.

Monsieur le President ;
Mesdames et Messieurs les Chefs de delegations ;
Monsieur le Secretaire general ;
Distingues delegues ;
Mesdames, Messieurs ;

La reforme de I’ONU qui occupe notre agenda depuis plus d’une decennie, necessite une demarche prudente mais resolue, en particulier en ce qui concerne le Conseil de Securite.

Je forme le vœu que les negociations s’engagent rapidement sur les questions relatives a une representation juste et equitable de toutes les regions du monde, au renforcement de l’efficacite du role du Conseil et a la revitalisation de l’Assemblee generale.

Fidele aux ideaux des Nations Unies, le Burkina Faso apportera sa contribution aux diverses reflexions et actions en cours, pour donner a notre organisation mondiale la vigueur et l’autorite indispensables pour prendre en charge les nouveaux defis qui s’annoncent.

Je vous remercie.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.