Cher M. le président,
Votre sommet à venir avec Vladimir Poutine est une opportunité importante de renforcer votre engagement en faveur de la démocratie. Nous reconnaissons que la Russie est un État important dans la guerre au terrorisme et la lutte contre la prolifération nucléaire, mais nous pensons que l’apport russe serait renforcé si nous travaillions à la lutte contre l’érosion démocratique en Russie.
Lors des dernières années, Poutine est revenu sur les avancées démocratiques enregistrées en Russie dans les années 90 en s’attaquant à tous les contre-pouvoirs. Pour votre second mandat, nous vous demandons de changer de politique vis-à-vis de la Russie et de dénoncer l’autoritarisme de Poutine. Cette tournure autoritaire de l’État russe a sapé l’État de droit, la responsabilité du gouvernement, les médias pluralistes et le débat politique. Les questions suivantes méritent une attention immédiate :
-  Les organisations civiques : depuis 2004, le gouvernement russe s’attaque aux ONG et notamment aux associations de défense des Droits de l’homme en utilisant le prétexte de l’identité de leurs soutiens financiers.
-  Les pressions sur les médias : La Russie opprime les médias libres et le gouvernement se prive ainsi lui-même d’une information objective. L’État contrôle totalement la télévision et la relative pluralité de la presse écrite est attaquée.
-  Les libertés politiques et le processus électoral : L’opposition au gouvernement est marginalisée et le Kremlin concentre les pouvoirs afin d’éliminer le pluralisme politique.
-  Le conflit en Tchétchénie : c’est un cercle vicieux qui déstabilise toute la région. Le gouvernement russe présente cette guerre comme une part de la guerre au terrorisme, mais il sape ce combat en commettant des atteintes aux Droits de l’homme, ce qui alimente les extrémismes.
-  L’influence diplomatique russe : la Russie exerce une influence déstabilisatrice dans son « étranger proche » et on ne peut rester sans réaction face à l’indulgence de la Russie vis-à-vis de la Biélorussie et du Turkménistan, deux des États les plus autoritaires du monde.
Nous vous demandons de demander à Poutine de prendre les mesure suivantes :
-  Restaurer le pluralisme politique, conformément aux accords de Copenhague de 1990.
-  Assouplir les législations sur le financement des ONG.
-  Autoriser la création d’au moins une chaîne de télévision indépendante.
-  Autoriser la visite en Tchétchénie du rapporteur spécial de l’ONU sur la Torture.
-  Reconnaître que la préoccupation internationale concernant la Biélorussie est le fruit de vraies préoccupations.
-  Se joindre la condamnation internationale des politiques répressives au Turkménistan.

Source
Foundation for the Defense of Democracies

« Bush urged to press Russia on rights and democracy », par un collectif d’analystes atlantistes, Foundation for the Defense of Democracies, 17 février 2005.