La révolution actuelle au Liban renforce la démocratie dans le monde arabe. Elle trouve ses racines dans la longue tradition de pluralisme et d’expression démocratique libanaise malgré les guerres passées. Il ne fait pas de doute que le monde arabe ressent le choc provoqué par les élections en Irak et en Afghanistan, qui lui ont redonné espoir. Ces élections ont relancé les projets régionaux de démocratie. La démocratie au Proche-Orient doit suivre sa propre voie mais elle permettra de construire un pont en direction de l’Occident.
Les institutions démocratiques libanaises ont produit des élections démocratiques pendant un demi-siècle, jusqu’à la fin de 1975, qui a vu la victoire du terrorisme, du jihadisme et l’occupation syrienne. Cette démocratie est née grâce à un système éducatif et culturel avancé qui a engendré une société civile riche, une société civile qui existe toujours. Cette société civile demeure le centre de la vie intellectuelle du monde arabe. L’Irak s’oriente vers la démocratie et l’Égypte et l’Arabie saoudite font des petits pas dans cette direction, mais les résistances islamistes demeurent. Le Liban peut fournir les ressources indigènes pour démocratiser la région.
Il peut fournir :
- Des médias arabes sans équivalent dans la région.
- Un centre d’entraînement des futurs cadres du monde arabe démocratique.
- Une relance des économies régionales grâce à ses connections financières.
- Des initiatives économiques régionales en s’appuyant sur sa diaspora riche et influente.
- Un centre de coopération entre les États-Unis, les pays de la Méditerranée orientale et les pays arabes.
- Une base à l’émancipation des femmes.
- Une coopération entre les pays arabes.

Source
Washington Times (États-Unis)
Propriété du révérend Sun Myung Moon (Église de l’Unification).

« Democracy in Lebanon », par Walid Phares, Washington Times, 9 mars 2005.