Le conflit entre Israël et ses voisins arabes est l’une des crises les plus anciennes à laquelle fait face la communauté internationale et elle nuit aussi bien aux Israéliens qu’aux Palestiniens.
Il ne peut pas y avoir de compromis avec les terroristes et je condamne l’attentat du 25 février 2005. Ce crime souligne que l’Autorité palestinienne doit faire des efforts pour combattre le terrorisme. Je soutiens l’action du président Mahmoud Abbas dans ce domaine. Sans sécurité, il ne saurait y avoir de progrès. Notre défi est de travailler ensemble pour parvenir à un accord final. Cela requiert des négociations patientes. Je pense que les choses peuvent évoluer positivement et c’est pour cela que j’ai organisé une grande réunion à Londres le 1er mars.
Le 12 novembre à Washington, George W. Bush et moi avons également proposé un plan en cinq points :
- Se réengager en faveur de la solution des deux États.
- Soutenir les élections démocratiques palestiniennes.
- Mobiliser des soutiens internationaux en faveur du développement économique palestinien.
- Soutenir le retrait de Gaza et de certaines parties de la Cisjordanie, décidé par Ariel Sharon. Cela ne doit cependant qu’être une première étape.
- S’appuyer sur les quatre premiers points pour permettre un retour à la confiance et relancer la " feuille de route ".
Je veux voir tout cela se réalisé et je crois que les Palestiniens et les Israéliens le veulent aussi.

Source
Asahi Shimbun (Japon)

« Grab the opportunity for Middle East peace », par Tony Blair, Asahi Shimbun, 10 mars 2005.