J’ai appris qu’Aslan Maskhadov se trouvait à Tolstoï Yourt par le commandant de l’opération spéciale du FSB. Il tenait ces informations d’un bandit capturé dans la zone trois jours auparavant. Il m’en a informé quand l’opération a commencé et une section de nos combattants est allée sur place. Elle était commandée par une autre personne, je n’y ai pas participé, mais j’étais au courant. Je suis vice-Premier ministre, j’ai d’autres préoccupations. Je plaisantais quand j’ai dit qu’un garde avait tué Maskhadov par accident, en fait une grenade a été lancée, c’est comme ça qu’il est mort.
Bien sur j’aurais préféré qu’il soit pris vivant, qu’il réponde de ses crimes, qu’il avoue. Il ne méritait pas d’être tué, il ne contrôlait rien, il ne commandait rien. Toutefois, il portait la responsabilité, comme Radouïev. Bassaïev posait les bombes et Maskhadov portait la responsabilité. Maskhadov a toujours eu peur de Bassaïev, parce que c’est Maskhadov et Oudougov qui avaient organisé l’assassinat de Doudaïev. Bassaïev le savait et avait des documents compromettants. Maskhadov était un bon artificier.
Avant nous n’avions pas pu l’avoir, il changeait de maison 20 fois par semaine. Ces derniers temps les gens ne voulaient plus l’héberger, ils avaient compris que c’est un bandit et un ennemi du peuple. On a trouvé des archives là où il était, mais je ne peux pas vous en dire plus. Si ça ne tenait qu’à moi, son corps serait rendu à la famille, mais c’est la loi de la Fédération de Russie qui sera appliquée car nous faisons partie de cette Fédération. Ses proches ne viendront pas en tous cas, ils ont trop d’ennemis dans la population. C’est une affaire personnelle pour eux, environ un millier de membres des forces de l’ordre ont été tués. Avant les gens avaient peur de travailler avec nous, maintenant ils ont confiance, ils pensent que la paix est possible sans Maskhadov et ses Boïevikis. Bassaïev a toujours été un leader mais d’après leur loi il faut un vice-président, je pense que c’est Arsanov, de toutes façons ce sont tous des sheitans [1].

Source
Izvestia (Fédération de Russie)
Quotidien, diffusé à 430 000 exemplaires, fondé en 1917 comme la Pravda.

« ЭТО Я ШУТИЛ, ЧТО У ОХРАННИКА ПРОИЗОШЕЛ СЛУЧАЙНЫЙ ВЫСТРЕЛ », par Ramzan Kadyrov, Izvestia, 11 mars 2005. Ce texte est adapté d’une interview.

[1] incarnation du diable pour les musulmans