Depuis que George W. Bush a annoncé la candidature de Paul Wolfowitz à la tête de la Banque mondiale, certains démocrates et Européens ont fait part de leur inquiétude. Cette nomination, intervenant après celle de John Bolton à l’ONU, fait craindre que M. Bush ne souhaite remplir les organisations internationales d’idéologues s’opposant à l’idée même de coopération internationale. Toutefois, il y a une grande différence entre John Bolton et Paul Wolfowitz : le premier s’oppose à l’ONU, le second soutient l’idée selon laquelle les pays avancés doivent utiliser leurs ressources pour promouvoir la démocratie et la prospérité. Le cœur de la mission des néo-conservateurs est l’emploi des ressources états-uniennes en faveur de la démocratie. Il est donc la personne adéquate pour le poste.
Son efficacité se mesurera à la volonté des États-Unis et des autres États à donner des ressources pour des programmes non-militaires. C’est une bonne nouvelle qu’un homme à ce poste ait l’oreille du président Bush. Ses opposants rappellent qu’il est responsables de nombreux échecs en Irak et c’est vrai qu’il a été négligent sur les conséquences de la guerre et qu’il a sous-estimé l’opposition des Irakiens, mais il s’agit d’un problème dans les moyens mis en œuvre pas d’objectifs, ceux ci sont louables. À la tête de la Banque mondiale, il mènera une politique que Bill Clinton ou John F. Kennedy auraient approuvée. En outre, quand il, était diplomate en Indonésie, il s’est montré talentueux pour parvenir à des consensus.
M. Wolfowitz n’est peut-être pas multilatéraliste sur le plan militaire, mais il l’est sur les programmes de reconstruction et d’aide au développement. Les démocrates doivent donc le soutenir et garder en mémoire que la promotion de la démocratie est une mission bipartisane.

Source
International Herald Tribune (France)
L’International Herald Tribune est une version du New York Times adaptée au public européen. Il travaille directement en partenarait avec Haaretz (Israël), Kathimerini (Grèce), Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne), JoongAng Daily (Corée du Sud), Asahi Shimbun (Japon), The Daily Star (Liban) et El País (Espagne). En outre, via sa maison-mère, il travaille indirectement en partenarait avec Le Monde (France).
New York Times (États-Unis)
Le New York Times ambitionne d’être le premier quotidien global au travers de ses éditions étrangères.

« Lending the Good Loan », par James P. Rubin, New York Times, 22 mars 2005.
« Wolfowitz’s idealism may serve us well », International Herald Tribune, 23 mars 2005.