Réseau Voltaire
3 juin -350

Agnodice, première femme médecin et gynécologue

+

Issue de la haute société athénienne, jeune fille brillante, Agnodice est frustrée par l’interdiction faite aux femmes d’étudier. Encouragée par son père, elle se coupe alors les cheveux et s’habille en homme afin de pouvoir suivre les cours, notamment auprès du célèbre médecin Hérophile. En 350 avant notre ère, le 3 juin, elle obtient la première place à l’examen de médecine et devient gynécologue, toujours sans révéler sa véritable identité. Bientôt les malades affluent vers sa pratique et les autres médecins, jaloux de son succès, répandent le bruit qu’elle profiterait de son métier pour séduire et corrompre les femmes mariées. Accusée de viol sur des patientes, Agnodice est obligée de se révéler et risque la condamnation à mort pour avoir exercé en tant que femme. Devant le temple, la foule des ses patients manifeste en déclarant que si Agnodice est exécutée, elle ira à la mort avec elle. Sous la pression de la foule, les magistrats acquittent Agnodice et lui permettent de continuer à exercer la médecine. L’année suivante le conseil Athénien modifiera la loi et autorisera les femmes à étudier la médecine.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.