A signaler deux intoxications particulières :

• Un rapport de Médecins sans frontières relaie une quinzaine de témoignages de patients et de médecins accusant les forces de sécurité de priver les insurgés blessés de soins, voire de les amputer arbitrairement ou de les torturer.
MSF précise dans son introduction qu’il n’a pas été en mesure de recouper ces témoignages, mais les a publiés par ce qu’ils décrivent des situations récurrentes.
Or, les observateurs de la Ligue arabe, qui ont tenté de recouper des témoignages similaires, ont conclu à leur absence de fondement.
Si Le Monde traite le rapport de MSF avec précaution, Libération en fait sa « une ».

• L’Observatoire syrien des Droits de l’homme (bureau londonien des Frères musulmans) affirme que 18 bébés sont morts dans des couveuses à l’hôpital Al-Walid de Homs (voir par exemple ABC ou le Diario de Noticias).
Il s’agit de la reproduction du célèbre bobard mis en scène par le cabinet de relations publiques Hill & Knowlton avec l’aide de la fille de l’ambassadeur du Koweit à Washington et d’Amnesty International pour justifier l’opération Tempête du désert (audition du 10 octobre 1990 devant le Congressional Human Rights Caucus) .

Documents joints


(PDF - 10.5 Mo)