Le ministre de la Défense Chuck Hagel, le secrétaire d’État John Kerry, la conseillère de sécurité nationale Susan Rice et le directeur national du Renseignement James Clapper ont tenu une réunion à huis clos sur la Syrie avec des leaders du Congrès, jeudi 29 août 2013.

Selon le représentant Elliot Engel, qui préside la minorité démocrate à la Commission des Affaires étrangères, l’administration Obama a confirmé l’interception de communication du gouvernement syrien attestant sa responsabilité dans les attaques chimiques du 21 août, telle que révélée par Foreign Policy.

Or, ces « interceptions » sont en réalité d’origine israélienne [1].

Elliot Engel est un militant sioniste. Membre de l’US Committee for a Free Lebanon qui organisa la « Révolution du Cèdre » [2], il rédigea, en 2002, le Syria Accountability and Lebanese Sovereignty Restoration Act (Loi sur les comptes que la Syrie doit rendre et la restauration de la souveraineté libanaise), autorisant le président des États-Unis à entrer en guerre contre la Syrie sans avoir à repasser devant le Congrès. Ce texte, adopté par le Congrès et signé par George W. Bush, est toujours en vigueur.

[1] « Le rôle d’Israël dans l’annonce de l’attaque contre la Syrie », Réseau Voltaire, 30 août 2013.

[2] « Les plans de l’US Committee for a Free Lebanon », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 8 mars 2005.