Réseau Voltaire

Déclaration du Sommet de l’Otan concernant l’Afghanistan

+
JPEG - 31.6 ko

Publiée par les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Alliance et de leurs pays partenaires fournisseurs de troupes à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) lors du sommet du Pays de Galles

1- Aujourd’hui, nous avons rendu hommage aux personnels afghans et internationaux qui ont perdu la vie ou qui ont été blessés en servant dans la plus grande coalition militaire de l’histoire récente. Nous rendons également hommage aux centaines de milliers de personnels militaires et civils qui ont servi dans la FIAS et dans les forces de sécurité nationales afghanes (ANSF) ces treize dernières années. Leurs sacrifices et leurs efforts ont rendu tous nos pays plus sûrs, et amélioré la sécurité à l’échelle mondiale. Nous leur en sommes reconnaissants.

2- La FIAS a aidé le peuple afghan à reprendre en main le destin de son pays. Elle a permis à l’Afghanistan de développer ses capacités sécuritaires. Elle l’a aussi aidé à réaliser des avancées significatives dans les domaines de l’éducation, de la santé, du développement économique, des droits de l’homme et des libertés fondamentales, notamment en ce qui concerne les femmes. De plus, la FIAS a permis de démontrer la solidarité politique entre nos pays, et d’améliorer notre aptitude à agir et à opérer ensemble.

3- La FIAS cessera ses opérations à la fin de 2014, comme prévu. Depuis plus d’un an, les ANSF dirigent les opérations de combat menées sur l’ensemble du territoire. Même si de nombreuses difficultés demeurent, les ANSF ont montré qu’elles étaient une force efficace, en gagnant le respect et la confiance de la population afghane et en parvenant à empêcher les insurgés d’atteindre leurs objectifs. Au terme des opérations de la FIAS, les autorités afghanes assumeront l’entière responsabilité de la sécurité. Toutefois, notre engagement à l’égard de l’Afghanistan persistera après la fin de la FIAS, tout comme notre détermination à faire en sorte que nous ne soyons plus jamais menacés par des terroristes venus d’Afghanistan.

4- Avec la fin de la FIAS, la nature et la portée de notre engagement avec l’Afghanistan vont évoluer. Nous envisageons de le décliner selon trois axes parallèles se renforçant mutuellement :

à court terme : la mission Resolute Support. Conformément à la décision prise au sommet de Chicago, en 2012, sur l’invitation du gouvernement de la République islamique d’Afghanistan, et dans le cadre de l’action menée plus largement au niveau international pour aider l’Afghanistan, les Alliés et les pays partenaires se tiennent prêts à continuer d’offrir formation, conseil et assistance aux ANSF après 2014. Cela se fera dans le cadre d’une nouvelle mission, non combattante, reposant sur une base juridique solide. La création de cette mission est subordonnée à la signature de l’accord de sécurité bilatéral États‑Unis‑Afghanistan et de la convention sur le statut des forces OTAN‑Afghanistan. La mission Resolute Support devrait idéalement, en consultation avec le gouvernement afghan, être appuyée par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ;

à moyen terme : notre contribution au soutien financier des ANSF. À Chicago, les Alliés et leurs partenaires au sein de la FIAS ont décidé d’apporter un soutien aux ANSF, comme il conviendra, durant toute la décennie de la transformation, étant entendu que le gouvernement afghan fournira une contribution financière croissante à cet effort. Aujourd’hui, les pays ont renouvelé leurs engagements financiers en vue de soutenir les ANSF, y compris jusqu’à la fin de 2017. Nous exhortons également la communauté internationale dans son ensemble à continuer de participer au soutien financier des ANSF. Nous maintiendrons et renforcerons les mécanismes de financement assurant transparence, efficacité financière et respect de l’obligation de rendre compte, que nous avons mis en place depuis Chicago, et notamment l’organe de supervision et de coordination, de telle sorte que les donateurs puissent en toute confiance fournir un tel soutien. Pour concrétiser toutes les promesses des engagements pris à Chicago quant au soutien financier des ANSF, engagements que nous avons réaffirmés aujourd’hui, il faudra que les mécanismes de financement internationaux applicables assurent transparence, efficacité financière et respect de l’obligation de rendre compte. Nous encourageons le gouvernement afghan à poursuivre et à intensifier ses efforts de lutte contre la corruption. Nous nous réjouissons à la perspective de travailler avec les autorités afghanes à la revue de la structure et des capacités des ANSF, afin de parvenir à une force de format adéquat et soutenable. Nous réitérons l’objectif, convenu à Chicago, de voir l’Afghanistan assumer pleinement, au plus tard en 2024, la responsabilité financière de ses forces de sécurité ;

à long terme : le partenariat durable OTAN‑Afghanistan. Les Alliés restent attachés au partenariat durable OTAN‑Afghanistan, agréé au sommet de Lisbonne, en 2010. Le renforcement de ce partenariat reflétera l’évolution de la nature des relations de l’OTAN avec l’Afghanistan ; il viendra en complément de la mission Resolute Support et se poursuivra au‑delà de celle‑ci. Les aspects politiques et pratiques de ce partenariat devraient donner lieu à une coappropriation et à un renforcement dans le cadre de consultations régulières sur des questions d’intérêt stratégique. L’OTAN est prête à travailler avec l’Afghanistan pour développer ce partenariat conformément à sa politique de partenariat, en prévoyant éventuellement d’établir un programme individuel de partenariat et de coopération en temps opportun.

5- Nous continuerons de soutenir un processus de paix inclusif dirigé et pris en charge par les Afghans, comme indiqué à la conférence de Bonn, en 2011, et au sommet de Chicago, en 2012. Nous saluons les efforts de toutes les parties destinés à faire avancer ce processus.

6- Les relations de bon voisinage ainsi que le soutien et la coopération au niveau régional demeureront essentiels. Ils ont été renforcés notamment par le processus d’Istanbul dans la région du Cœur de l’Asie.

7- Un Afghanistan stable pourra apporter une contribution positive à l’ensemble de la région, y compris en faisant avancer la lutte contre les trafics de stupéfiants, les migrations illégales, le terrorisme et la criminalité.

8- Nous sommes résolus à aider l’Afghanistan à accomplir de nouveaux progrès pour devenir un pays stable, souverain, démocratique et uni, où l’état de droit et la bonne gouvernance prévaudront, et où les droits de l’homme, et notamment les droits des enfants, seront pleinement protégés. Nous soulignons qu’il importe particulièrement d’intensifier les efforts menés pour faire respecter les droits des femmes et mettre en œuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et pour inclure pleinement les femmes dans la vie politique et dans les processus de paix et de réconciliation. Nous sommes aussi conscients de la nécessité de protéger les enfants contre les effets préjudiciables des conflits armés, comme le prévoient les résolutions applicables de l’ONU. Nous nous félicitons également de la poursuite des travaux que mènent l’ensemble des parties concernées pour renforcer la protection des civils. Nous sommes donc décidés à continuer de travailler avec l’Afghanistan pour asseoir davantage ces valeurs et ces principes.

9- Aujourd’hui, nous avons fait d’importantes offres de soutien et de partenariat à l’Afghanistan, à l’heure où il décide de son propre avenir. Nous demeurons fermes et résolus dans notre engagement envers le peuple afghan.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.