Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

La brûlante vérité d’Ilaria

Après le fiasco de l’opération « Serre d’aigle », visant à exfiltrer les espions de l’ambassade états-unienne à Téhéran, le Congrès décida de créer, au sein des armées, une unité capable de conduire des missions secrètes. À l’initiative des sénateurs Barry Goldwater et William Cohen, l’UsSoCom devint opérationnel, en 1987. Il est capable d’intervenir dans des guerres où les États-Unis ne sont pas officiellement partie prenante (Irak-Iran), ou pour préparer de nouvelles interventions (Somalie). Une de ses unités, la Team 6, est capable d’assassiner n’importe qui, n’importe où dans le monde, dans un délai de 48h après en avoir reçu l’ordre du président. L’UsSoCom dispose d’un budget de 10,547 milliards de dollars pour des activités dont vous n’entendrez jamais parler.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 38.2 ko
La journaliste Ilaria Alpi du TG3, fut assassinée à Mogadiscio, en 1994. Elle enquêtait sur des livraisons d’armes illégales de la CIA.

La docufiction “Ilaria Alpi – L’Ultimo Viaggio” (“Ilaria Alpi - Le dernier voyage”, visible sur le site de Rai Tre [1]) met en lumière, surtout grâce aux preuves découvertes par le journaliste Luigi Grimaldi, l’homicide de la journaliste et de son opérateur Miran Hrovatin le 20 mars 1994 à Mogadiscio. Ils ont été assassinés, dans un guet-apens organisé par la CIA avec l’aide du Gladio [2] et des services secrets italiens, parce qu’ils avaient découvert un trafic d’armes géré par la CIA à travers la flotte de la société Schifco, donnée par la Coopération italienne à la Somalie officiellement pour la pêche.

En réalité, au début des années 90, les navires de la Schifco étaient utilisés, avec des navires de Lettonie, pour transporter des armes états-uniennes et des déchets toxiques, y compris radioactifs, en Somalie, et pour approvisionner en armes la Croatie en guerre contre la Yougoslavie. Même si on n’en parle pas dans la docufiction, il s’avère qu’un navire de la Schifco, le 21 Oktoobar II (ensuite sous bannière panaméenne sous le nom de Urgull), se trouvait le 10 avril 1991 dans le port de Livourne où était en cours une opération secrète de transbordage d’armes états-uniennes revenues à Camp Darby après la guerre en Irak, et où se consomma la tragédie du Moby Prince dans laquelle moururent 140 personnes.

Sur le cas Alpi, après huit procès (avec la condamnation d’un Somalien jugé innocent par les parents mêmes d’Ilaria) et quatre commissions parlementaires, la vérité est en train de venir au jour : à savoir ce qu’Ilaria avait découvert et noté dans ses carnets, que les services secrets ont fait disparaître. Une vérité d’actualité brûlante, dramatique.

L’opération « Restore Hope », lancée en décembre 1992 en Somalie (pays de grande importance géostratégique) par le président Bush, avec l’assentiment du néo-président Clinton, a été la première mission d’« ingérence humanitaire ».

Avec la même motivation, à savoir intervenir militairement quand est en danger la survie d’un peuple, ont été lancées les successives guerres des USA et de l’Otan contre la Yougoslavie, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie et d’autres opérations comme celles au Yémen et en Ukraine. Préparées et accompagnées, en costume « humanitaire », par des activités secrètes. Une enquête du New York Times [3] a confirmé l’existence d’un réseau international de la CIA qui, avec des avions qataris, jordaniens et saoudiens, fournit aux « rebelles » en Syrie, par la Turquie, des armes provenant aussi de la Croatie, qui rend ainsi à la CIA la « faveur » reçue dans les années 90.

Quand le 29 mai dernier le quotidien turc Cumhuriyet a publié une vidéo montrant le transit de ces armes à travers la Turquie, le président Erdoğan a déclaré que le directeur du journal allait payer « un lourd prix ».

Il y a vingt et un ans, Ilaria Alpi paya de sa vie la tentative de démontrer que la réalité de la guerre n’est pas seulement celle que l’on nous met sous les yeux. Depuis lors la guerre est devenue de plus en plus secrète. Comme le confirme un reportage du New York Times [4] sur la « Team 6 », unité supersecrète du Commandement US pour les Opérations spéciales, chargée des « meurtres silencieux ». Ses spécialistes « ont tramé des actions mortelles depuis des bases secrètes sur les calanques de la Somalie ; en Afghanistan ils se sont engagés dans des combats si rapprochés qu’ils sont rentrés trempés d’un sang qui n’était pas le leur », en tuant y compris avec des « tomahawks primitifs ». En utilisant « des stations d’espionnage dans le monde entier », en se camouflant en « employés civils de sociétés ou en fonctionnaires d’ambassades », ils suivent ceux que « les États-Unis veulent tuer ou capturer ». La « Team 6 » est devenue « une machine mondiale de chasse à l’homme ».

Les tueurs d’Ilaria Alpi sont encore plus puissants aujourd’hui.

Mais la vérité est dure à tuer.


- Sur la théorie des assassinats ciblés dans le cadre des opérations de contre-insurrection, lire « Opération Phénix », par Arthur Lepic, Réseau Voltaire, 16 novembre 2004.
- « Obama augmente les assassinats ciblés », Réseau Voltaire, 5 juin 2010.
- « Gates cherche une nouvelle équipe pour les assassinats ciblés », Réseau Voltaire, 5 janvier 2011.
- « Assassinats anonymes », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 11 février 2012.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Documents joints

 

[1] Ilaria Alpi – L’Ultimo Viaggio, Rai 3.

[2] Les Armées Secrètes de l’OTAN, par Daniele Ganser, Editions Demi-Lune, disponible dans la librairie du Réseau Voltaire, et accessible en épisodes sur Voltairenet.org.

[3] “Arms Airlift to Syria Rebels Expands, With Aid From C.I.A.”, C.J. Chivers & Eric Schmitt, The New York Times, March 24, 2013.

[4] “SEAL Team 6 : A Secret History of Quiet Killings and Blurred Lines”, Mark Mazzetti, Nicholas Kulish, Christopher Drew, Serge F. Kovaleski, Sean D. Naylor & John Ismay, The New York Times, June 6, 2015.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.