La Maison-Blanche a levé, le 29 juin 2015, les sanctions qu’elles avait prise contre le Bahreïn après la répression des manifestations de 2011.

Le porte-parole du département d’État, John Kirby, a indiqué que, selon lui, la situation n’était toujours pas acceptable, mais qu’elle s’était améliorée, avec notamment la libération d’Ibrahim Sharif Al-Sayed (secrétaire général du Wa’ad, parti nationaliste laïque de gauche) [1].

Sur place, on relève que les dirigeants chiites sont, eux, toujours emprisonnés.

La décision de la Maison-Blanche est justifiée par l’aide apportée par le Bahreïn à la campagne contre l’Émirat islamique. Elle pourrait être liée à l’accord régional USA-Iran, dont la signature est imminente.

[1] “Lifting Holds on Security Assistance to the Government of Bahrain”, Press Statement by John Kirby, department of State, June 29, 2015.