Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Le désastre du Moby Prince, 25 ans après, la piste US

L’Italie vient de constituer une Commission d’enquête parlementaire sur le désastre du Moby Prince qui coûta la vie à 140 personnes, en 1991. En effet, bien que jusqu’à présent, la Justice italienne ait imputé au capitaine du navire la responsabilité de l’accident, de nombreux éléments attestent au contraire de celle des soldats états-uniens.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 49.3 ko

« Mayday, Mayday, Mayday, Moby Prince, nous sommes en collision, nous prenons feu ! Nous avons besoin d’aide ! » [1] : c’est le dramatique message transmis il y a vingt-cinq ans, à 22:25:27, le 10 avril 1991, par le ferry Moby Prince, entré en collision, dans la rade du port de Livourne, avec le pétrolier Agip Abruzzo.

Demande d’aide non écoutée : 140 personnes meurent, après avoir en vain attendu les secours pendant des heures. Requête en justice non écoutée : depuis vingt-cinq ans, les familles demandent en vain la vérité. Après trois enquêtes et deux procès. Et pourtant la vérité émerge impérieusement des faits.

Il y a ce soir-là dans la rade de Livourne un trafic intense de navires militaires et militarisés des États-Unis, qui ramènent à la base états-unienne de Camp Darby (limitrophe au port) une partie des armes utilisées dans la première guerre du Golfe.

Il y a aussi d’autres mystérieux navires. Le Gallant II (nom de code Theresa), navire états-unien militarisé qui, immédiatement après l’accident, quitte précipitamment la rade de Livourne. Le 21 Oktoobar II de la société Shifco, dont la flotte, donnée par la Coopération italienne à la Somalie officiellement pour la pêche, est utilisée pour le transport d’armes US et de déchets toxiques y compris radioactifs en Somalie et pour fournir en armes la Croatie en guerre contre la Yougoslavie.

Pour avoir trouvé les preuves de ce trafic, la journaliste Ilaria Alpi et son opérateur Miran Hrovatin sont assassinés en 1994 à Mogadiscio dans un guet-apens organisé par la CIA avec l’aide des réseaux Gladio et des services secrets italiens [2].

Selon toute probabilité, le soir du 10 avril dans la rade de Livourne est en cours le transbordement d’armes US qui, au lieu de rentrer à Camp Darby, sont secrètement envoyées en Somalie, en Croatie et dans d’autres zones, non exclus les dépôts de Gladio en Italie [3]. Quand survient la collision, ceux qui dirigent l’opération —certainement le commandement USA de Camp Darby— essaient immédiatement d’effacer toute preuve. Ce qui explique une série de « zones d’ombre » : le signal du Moby Prince, à seulement 2 miles du port, qui arrive fortement brouillé ; le silence de Livorno Radio, le gérant public des télécommunications, qui n’appelle pas le Moby Prince ; le commandant du port Sergio Albanese, « occupé à d’autres communications radio », qui ne guide pas les secours et se trouve immédiatement après promu amiral pour ses mérites ; le manque (ou plutôt la disparition) des tracés radar et images satellitaires, en particulier sur la position de l’Agip Abruzzo, à peine arrivé d’Égypte à Livourne en un temps étrangement record (4,5 jours au lieu de 14) ; les effractions sur le ferry sous séquestre, où disparaissent des instruments essentiels aux enquêtes. Au point de faire apparaître ce qui est arrivé au Moby Prince comme un accident banal, y compris par la responsabilité du commandant.

Les familles des victimes sont à présent arrivées à obtenir l’institution d’une Commission d’enquête parlementaire, non seulement pour rendre justice à leurs proches, mais pour « clore un chapitre indigne de l’histoire italienne ». Chapitre qui restera ouvert si la commission limitera comme d’habitude l’enquête à l’extérieur de Camp Darby, la base US qui est au centre du massacre du Moby Prince. Celle-là même qui était sous investigation des juges Casson et Mastelloni [4] dans l’enquête sur l’organisation golpiste « Gladio » [5]. Une des bases USA/Otan qui —écrit Ferdinando Imposimato, président honoraire de la Cour suprême de cassation— fournirent les explosifs pour les massacres, de Piazza Fontana à ceux de Capaci et Via d’Amélie [6]. Bases dans lesquelles « se réunissaient membres du terrorisme noir, officiers de l’Otan, mafieux, hommes politiques italiens et francs-maçons, à la veille des attentats ».

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

[1] « Mayday », répété trois fois, est une expression utilisée internationalement dans les communications radio-téléphoniques pour signaler qu’un avion ou un bateau est en détresse. C’est la transcription anglophone du français « m’aider ».

[2] « La brûlante vérité d’Ilaria », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 10 juin 2015.

[3] Voir le blog de Luigi Grimaldi sur le Moby Prince.

[4] « Quand le juge Felice Casson a dévoilé le Gladio… », par Daniele Ganser, Réseau Voltaire, 17 octobre 2009.

[5] « Stay-behind : les réseaux d’ingérence américains », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 20 août 2001.

[6] Attentats de Piazza Fontana à Milan en décembre 1969 (17 morts, 88 blessés) ; attentat de Capaci (autoroute de Palerme) contre le juge Falcone en mai 1992 (tué avec sa femme et les trois agents de son escorte) ; attentat de la Via d’Amelio à Palerme en juillet 1992 contre le juge Borsellino (tué avec les cinq agents de son escorte).

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

 Sous le « bouclier », des missiles nucléaires US en Europe
« L’art de la guerre »
Sous le « bouclier », des missiles nucléaires US en Europe
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
482. Démocratie directe
« Horizons et débats », n°18, 19 août 2019
Démocratie directe
Partenaires
 
481. Fondement de la politique étrangère suisse
« Horizons et débats », n°17, 5 août 2019
Fondement de la politique étrangère suisse
Partenaires
 
480. La Russie contre l'Occident – ou l'inverse ?
« Horizons et débats », n°16, 22 juillet 2019
La Russie contre l’Occident – ou l’inverse ?
Partenaires