Réseau Voltaire

Rapport de Renseignement russe sur l’aide actuelle turque à Daesh

| Moscou (Russie)
+

Liste des rapports de renseignement russe sur Daesh remis au Conseil de sécurité :
- 1. Renseignements relatifs au commerce illégal d’hydrocarbures auquel se livre l’État islamique d’Iraq et du Levant, 29 janvier 2016.
- 2. Recrutement de combattants terroristes étrangers à destination de la Syrie, facilitation de leurs mouvements transfrontières vers ce pays et livraisons d’armes aux groupes terroristes opérant sur son territoire, 10 février 2016.
- 3. Trafic d’antiquités de Daesh, 8 mars 2016.
- 4. Livraisons d’armes et de munitions de la Turquie vers le territoire syrien tenu par Daesh, 18 mars 2016.

JPEG - 39 ko

Informations relatives à l’approvisionnement de l’État islamique d’Iraq et du Levant en composantes destinées à la fabrication d’engins explosifs improvisés

Les terroristes se trouvant en Iraq et en République arabe syrienne se procurent les composantes nécessaires à la fabrication d’engins explosifs improvisés à l’étranger. L’analyse des composantes chimiques d’explosifs retirés à des islamistes dans la région de Tikrit (Iraq) et de Kobané (République arabe syrienne) a permis d’identifier les entreprises qui avaient produit ces composantes et de connaître les conditions dans lesquelles elles avaient été exportées. Il en est ressorti qu’elles avaient été produites en Turquie ou y avaient été livrées sans droit de réexportation.

Les entreprises turques ci-après ont servi d’intermédiaire : Gultas Kimya, Marikem Kimyevi ve Endustriyel Urunler, Metkim, EKM Gubre et Diversey Kimya. Ces dernières ont livré à l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) de la poudre d’aluminium, du nitrate d’ammonium, du carbamate sous forme de granulés et du peroxyde d’hydrogène produits par diverses entreprises turques et étrangères. À cet égard, il est intéressant de constater que le volume des livraisons de la Turquie à la République arabe syrienne de nitrate d’ammonium, utilisé par les terroristes pour fabriquer des engins explosifs improvisés, a été multiplié par sept (alors que la production agricole syrienne est en baisse).

L’une des caractéristiques des engins explosifs improvisés assemblés dans les ateliers de l’EIIL au Moyen-Orient est l’utilisation de microcontrôleurs PIC16F1827 produits par la société américaine Microchip Technology, de transistors TIP102 et BDX53C fabriqués par l’entreprise suisse ST Microelectronics, ainsi que de téléphones mobiles Nokia 105 RM-908.

En outre, des cordeaux détonants produits dans des pays tiers ont été revendus illégalement par l’intermédiaire de la Turquie à des combattants de l’EIIL.

Ces faits montrent que les autorités turques ferment délibérément les yeux sur les activités de l’EIIL en lui donnant accès à des composantes destinées à la fabrication d’engins explosifs improvisés qui sont largement employés pour commettre des actes terroristes.

Source : S/2016/457

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.