JPEG - 48.7 ko

Dans les quartiers est d’Alep, le mécontentement des civils ne fait que croître face à la situation humanitaire critique régnant dans la ville et aux atrocités commises par les combattants.

Le 17 septembre 2016, une manifestation réunissant jusqu’à 500 personnes s’est déroulée près de Karm el-Minsar. La manifestation a été sévèrement réprimée par des miliciens : 26 personnes y ont trouvé la mort.

Le 18 septembre 2016, à 14 heures, quelque 200 civils, dont 2 combattants et 26 enfants, ont été évacués de la partie orientale de la ville d’Alep, avec l’aide d’experts du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes sur le territoire de la République arabe syrienne. Ils n’ont pas emprunté le passage préétabli, mais ont traversé le district de Salaheddin. Le passage préétabli avait été fermé par le Front de la conquête du Levant, et miné.

Le 18 septembre 2016, à 15 h 20, une tentative a été faite, près de Qastal el Harami, d’évacuer un groupe de 70 civils. Pris pour cible par des combattants, le groupe s’est dispersé. Le tribunal de la charia d’Alep a annoncé que toute personne – sans distinction d’âge ou de sexe – qui tenterait de pénétrer dans le territoire se trouvant aux mains des troupes gouvernementales serait abattue.

Les dirigeants du Front de la conquête du Levant font courir le bruit que tous les hommes qui pénétreront dans les zones se trouvant aux mains des forces gouvernementales seront enrôlés par l’armée et mourront.

Toutefois, dans la partie orientale d’Alep, les médias sociaux diffusent des informations sur les possibilités de quitter la ville, de trouver un hébergement dans des zones de rassemblement temporaire et de recevoir des vivres, de l’eau et des médicaments.

Le 18 septembre 2016, à 22 heures, quelque 70 autres civils ont été évacués des zones d’Alep proches de Breïj el-Rih contrôlées par des milices.

Tous les civils ont été transportés par la route vers un logement temporaire préétabli, à Jibrin (à 4 kilomètres à l’est d’Alep).

Depuis le 28 juillet 2016, un total de 878 personnes, dont 92 enfants et 96 combattants, ont été évacuées de la partie orientale d’Alep.