JPEG - 30.6 ko

D’ordre de mon gouvernement et comme suite à nos précédentes lettres vous informant des agressions commises par la soi-disant « coalition internationale », dirigée par les États-Unis d’Amérique, contre le territoire, les installations pétrolières et gazières et les infrastructures économiques de la République arabe syrienne, je tiens à vous informer que cette coalition a de nouveau lancé des attaques délibérées contre les infrastructures des services publics, bombardant les installations suivantes :

• Le champ pétrolifère de Tanak et ses installations, dans la province de Deïr el-Zor, le 13 août 2016 ;

• Les environs des puits de pétrole de Jafra, dans la province de Deïr el-Zor, le 31 août ;

• Les environs des puits de pétrole de Jafra, dans la province de Deïr el-Zor, le 14 septembre ;

• Les puits de pétrole de Jaziyé et d’Omar, dans la province de Deïr el-Zor, le 26 septembre.

Ces bombardements répétés ont engendré de graves dégâts matériels et presque entièrement détruit certaines des installations susmentionnées. Ils s’ajoutent aux dommages importants causés aux installations et aux gisements pétroliers et gaziers syriens, notamment dans les provinces de Deïr el-Zor, Hassaké et Raqqa, par les attaques menées par la soi-disant coalition internationale contre les infrastructures syriennes.

Les bombardements de l’aviation de la coalition visant des installations économiques et des infrastructures, de même que les mesures économiques coercitives unilatérales imposées par certains États au peuple syrien, ont aggravé la situation ardue que connaît le pays.

Compte tenu des attaques répétées et délibérées dont ses installations pétrolières et ses établissements économiques sont la cible, la République arabe syrienne se réserve le droit d’exiger des États de la coalition américaine qu’ils la dédommagent pour les destructions causées, conformément au droit international. Elle prie instamment les États susmentionnés de cesser sans plus tarder leurs agissements, qui détruisent les capacités dont dispose le peuple syrien, prolongent la crise et freinent le processus de relèvement du pays.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir faire distribuer le texte de la présente lettre comme document du Conseil de sécurité.

Source : S/2016/858