Interpol a adressé, le 27 mai 2017, à toutes les polices européennes une liste de 173 membres de Daesh, établie par les services de Renseignement états-uniens.

Selon le Guardian, qui révèle l’information, les États-Unis pensent avoir identifié des jihadistes, venus d’Europe, puis formés par l’organisation afin de commettre des attentats-suicides dans leur pays d’origine.

Pour justifier détenir ces informations, les États-Unis assurent avoir eu accès à des sources crédibles qui auraient consulté des fichiers de Daesh. De même prétendent-ils que ce service de Daesh aurait été créé par esprit de revanche en prévision de ses défaites à venir au Moyen-Orient. Au demeurant, à la différence de la liste nominative, ces explications n’ont guère de valeur en matière de communication des services secrets.


- “Europe given list of potential suicide killers. Interpol fears 173 Isis fighters have been trained to stage attacks on west”, Lorenzo Tondo & Patrick Wintour, The Guardian, July 22, 2017.
- “IS-Liste mit 173 potenziellen Selbstmordattentätern aufgetaucht”, Florian Flade, Die Welt, 3. August 2017.