Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

« La crise des euromissiles », seconde saison

En 1977, l’URSS, appliquant une possibilité du traité SALT I, déploya sur son territoire des missiles SS-20 lui permettant de frapper l’Otan en premier en cas de guerre nucléaire. Pour restaurer son avantage, le Pentagone répondit en installant des missiles Pershing 2, à la frontière du Pacte de Varsovie, en Allemagne de l’Ouest. Ce fut la crise des euromissiles. Or, constate Manlio Dinucci, la même surenchère vient de débuter…

| Rome (Italie)
+
JPEG - 30.2 ko
L’Europe a déjà frisé la guerre nucléaire lors de la crise des euro-missiles. N’avons-nous pas retenu la leçon ?

Le plan avait été pré-annoncé il y a trois ans, pendant l’administration Obama, quand des fonctionnaires du Pentagone déclarèrent que « face à l’agression russe, les États-Unis sont en train de considérer le déploiement en Europe de missiles avec base à terre » [1]. À présent, avec l’administration Trump, ce plan se trouve officiellement confirmé.

Pour l’année fiscale 2018 le Congrès des États-Unis a autorisé le financement d’« un programme de recherche et développement d’un missile de croisière lancé depuis la terre par plate-forme mobile sur route ». C’est un missile à capacité nucléaire de portée intermédiaire (entre 500 et 5 500 km), analogue aux 112 missiles nucléaires de croisière déployés par les USA à Comiso (Province de Raguse, Sicile) dans les années 80. Ils furent éliminés, en même temps que les missiles balistiques Pershing 2 déployés par les USA en Allemagne et les SS-20 soviétiques basés en URSS, par le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (INF), stipulé en 1987. Le Traité interdit le déploiement de missiles avec base à terre et portée comprise entre 500 et 5 500 km.

Washington accuse maintenant Moscou de déployer des missiles de cette catégorie et déclare que « Si la Russie continue de violer le Traité INF, les États-Unis ne seront plus ligotés par ce traité », c’est-à-dire seront libres de déployer en Europe des missiles nucléaires à portée intermédiaire avec base à terre.

Un fait déterminant se trouve cependant ignoré : les missiles russes (en admettant qu’ils soient à portée intermédiaire) sont déployés en fonction défensive en territoire russe, alors que ceux des USA à portée intermédiaire seraient déployés en fonction offensive en Europe au bord du territoire russe. C’est comme si la Russie déployait au Mexique des missiles nucléaires pointés sur les USA. Comme l’escalade USA/Otan continue, le déploiement de ces missiles en Europe est de plus en plus probable.

Pendant ce temps l’Ukraine a testé début février un missile à portée intermédiaire avec base à terre, réalisé certainement avec l’assistance des USA. Les nouveaux missiles nucléaires états-uniens —beaucoup plus précis et rapides que les missiles de croisière des années 80— seraient déployés en Italie et probablement aussi dans des pays de l’Est, venant s’ajouter aux bombes nucléaires US B61-12 qui arriveront en Italie et dans d’autres pays à partir de 2020.

En Italie, les nouveaux missiles de croisière seraient selon toute probabilité de nouveau positionnés en Sicile, même si non nécessairement à Comiso.

Il y a dans l’île deux installations US de première importance stratégique. La station Muos (Mobile User Objective System) de Niscemi, une des quatre existantes à l’échelle mondiale (deux aux USA, une en Australie et une en Sicile) du système de communications satellitaires qui relie à un unique réseau de commandement toutes les forces états-uniennes, nucléaires comprises, se trouvant dans n’importe quelle partie du monde. La JTAGS (Joint Tactical Ground Station), station de réception et transmission satellitaire du « bouclier anti-missile » états-unien, qui est sur le point de devenir opérationnelle à Sigonella. C’est une des cinq à l’échelle mondiale (les autres se trouvent aux États-Unis, en Arabie saoudite, en Corée du Sud et au Japon). La station, qui est transportable, sert non seulement à la défense anti-missile mais aussi aux opérations d’attaque, conduites depuis des bases avancées comme celles qui sont en Italie.

« Les États-Unis —explique le Pentagone dans le rapport Nuclear Posture Review 2018— engagent des armes nucléaires, déployées dans des bases avancées en Europe, pour la défense de l’Otan. Ces forces nucléaires constituent un lien politique et militaire essentiel entre Europe et Amérique du Nord ».

En nous liant à leur stratégie, non seulement militairement, mais politiquement, les États-Unis transforment de plus en plus notre pays en base avancée de leurs armes nucléaires pointées sur la Russie, donc, en cible avancée sur laquelle sont pointées les armes nucléaires russes.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

[1] « Les missiles reviennent à Comiso ? », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie) , Réseau Voltaire, 10 juin 2015.

Manlio Dinucci

Manlio Dinucci Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Diario di viaggio (en trois tomes), Zanichelli 2017 ; L’arte della guerra / Annali della strategia Usa/Nato 1990-2016, Zambon 2016.

 
Le nouveau rideau de fer
Le nouveau rideau de fer
« L’art de la guerre »
 
En Italie, la plus grande poudrière US
En Italie, la plus grande poudrière US
« L’art de la guerre »
 
Une Italie souverainiste sans souveraineté
Une Italie souverainiste sans souveraineté
« L’art de la guerre »
 
Ponts écroulés et ponts bombardés
Ponts écroulés et ponts bombardés
« L’art de la guerre »
 
La réponse guerrière à la négociation
La réponse guerrière à la négociation
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.