Réseau Voltaire

Des chars pour l’Arctique

Les chars classiques sont aujourd’hui beaucoup trop vulnérables. Certains États les ont abandonnés tirant les leçons de la victoire du Hezbollah contre les Merkava israéliens en 2006. Cependant, les États-Unis et la Russie mettent au point une nouvelle génération de blindés disposant d’une meilleure protection et de capacités de défense face aux missiles anti-chars. Moscou vient d’en concevoir un modèle adapté à l’Arctique.

| Bucarest (Roumanie)
+
JPEG - 66.6 ko
Cimetière de chars. Ces modèles, toujours exhibés lors de défilés, sont totalement obsolètes et inutilisables sur le champ de bataille.

Au cours des deux ou trois dernières années, Uralvagonzavod a commencé à moderniser les anciens chars T-80 BV / UD, en les portant à un niveau supérieur au char récemment modernisé T-72 B3. La variante qui en a résulté est le T-80 BVM.

Une fois qu’un missiles anti-char ennemi a été lancé, l’origine de son point de départ est aussitôt localisée sur le terrain. C’est pourquoi le char T-80 BVM était équipé d’un nouveau système de contrôle de tir utilisant des écrans, des caméras thermiques, un télémètre laser couvrant une distance de 7,5 km. Cet équipement permet à l’équipage d’ouvrir le feu immédiatement et de frapper avec précision les lance-missiles antichars avant qu’ils n’aient le temps de changer de position.

Le degré de protection du T-80 BVM a augmenté de 50 % par rapport au T-80-BV. T-80-BVM a quatre types de blindage qui empêchent sa destruction. Le premier est l’ossature en acier du char, le second est un blindage supplémentaire qui a été amélioré avec des plaques composites de troisième génération moulées sur l’ossature du char. Les projectiles et les missiles antichars explosent dans les plaques composites qui absorbent l’énergie cinétique avant qu’ils ne prennent contact avec le blindage lui-même, et sont bloqués pour ne pas fondre ou perforer le blindage.

Le troisième type de protection est conçu pour détecter à distance les missiles antichars, en aveuglant leurs têtes de guidage. Le T-80 BVM utilise deux systèmes de lancements de grenades à suspension en aérosol.

Le 4ème type de protection est un blindage réactif (ERA : explosive reactiv armour), et utilise une nouvelle charge explosive efficace contre les tirs antichar en tandem et de type sabot. Il détecte, intercepte et fait exploser des munitions antichar à une distance de 2 à 3 m du char.

Les chars états-uniens M1-A2-Abrams utilisés par l’Arabie Saoudite au Yémen ont été détruits en raison du manque de blindage supplémentaire et de blindage réactif. Jusqu’ici, l’armée US ne fournissait des blindés réactifs M1-A2 qu’à Israël.

De nouvelles turbines GTD1250, dotées d’équipements DEC (Digital Engine Control), ont été installées sur le T-80 BVM, réduisant ainsi la consommation de carburant de 50 % à faible vitesse et de 20 % en marche normale. Le tube du canon de calibre 125 mm peut utiliser toute une gamme de projectiles, en plus des missiles anti-char guidés.

La question qui se pose est la suivante : pourquoi était-il préférable de moderniser un char apparu à l’époque soviétique, alors que l’on testait le char le plus moderne, le T-14-Armata ? À des températures de – 30 degrés Celsius, les chars équipés de moteurs diesel ont besoin de 45 minutes pour démarrer, commencer à chauffer l’huile et se mettre en mouvement. Les chars avec des moteurs réactifs n’ont besoin que d’1 minute. Les seuls types de chars ayant des moteurs réactifs sont le Abrams-M1-A2 états-uniens et le T-80 russe, la différence entre les deux étant la mobilité plus grande du T-80 qui pèse 15 tonnes de moins que le M1-A2.

Les chars T-80 ne sont plus produits depuis 1992. Environ 3 000 chars ont été conservés et stockés. 62 T-80 BVM a participé à l’exercice Zapad-2017.

L’armée russe a décidé que 300 à 400 chars T-80 BVM doteront le 14ème Corps d’Armée de l’Arctique russe, car ils sont les mieux adaptés aux conditions arctiques. Ils sont destinés au soutien de la flotte du Nord de la Russie pour défendre les côtes des régions de Mourmansk, Arkhangelsk et Nenets.

JPEG - 36.2 ko
JPEG - 38.6 ko

Traduction
Avic
Réseau International

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.