Réseau Voltaire

Déclaration du Gouvernement Révolutionnaire de Cuba ‎ sur le Venezuela

| La Havane (Cuba)
+
JPEG - 24.8 ko

Il est urgent de stopper l’aventure militaire impérialiste ‎contre le Venezuela

Le Gouvernement révolutionnaire de la République de Cuba dénonce l’escalade de pressions et ‎d’actions de l’administration des Etats-Unis, qui prépare une aventure militaire sous couvert ‎d’« intervention humanitaire » en République bolivarienne du Venezuela, et il appelle la ‎communauté internationale à se mobiliser pour l’empêcher.‎

Du 6 au 10 février 2019, des avions militaires de transport militaire des Etats-Unis ont volé vers ‎l’aéroport Rafael Miranda de Porto Rico, vers la base aérienne de San Isidro –en République ‎dominicaine– et vers d’autres îles des Caraïbes stratégiquement situées, sûrement à l’insu des ‎gouvernements de ces nations. Ces avions avaient décollé d’installations militaires états-uniennes ‎où opèrent des unités des forces d’opérations spéciales et de l’infanterie de marine qui sont ‎utilisées pour des actions clandestines, y compris contre des dirigeants d’autres pays.‎

Des milieux politiques et médiatiques, y compris des Etats-Unis, ont révélé que des jusqu’au-‎boutistes de cette administration, qui ont derrière eux une longue carrière d’actions et de ‎mensonges visant à provoquer ou à stimuler des guerres, tels que John Bolton, conseiller pour ‎la sécurité nationale ; Mauricio Claver-Carone, directeur du département Continent américain au ‎Conseil de sécurité nationale, de concert avec Marco Rubio, sénateur de la Floride, ont conçu, ‎financé et organisé directement et en détail, depuis Washington, la tentative de coup d’État au ‎Venezuela par le biais d’un individu qui s’est proclamé président de la manière la plus illégale.‎

Ce sont ces mêmes personnages qui, personnellement ou par l’intermédiaire du Département d’État, ‎exercent des pressions brutales sur de nombreux gouvernements pour les obliger à appuyer une ‎convocation arbitraire à de nouvelles élections présidentielles au Venezuela, tout en promouvant ‎la reconnaissance d’un usurpateur qui n’a décroché que 97 000 voix pour obtenir un siège comme ‎parlementaire, face aux plus de 6 millions de Vénézuéliens qui ont élu en mai dernier le président ‎constitutionnel Nicolás Maduro Moros.‎

Le peuple bolivarien et chaviste ayant résisté à ce coup d’État, ce que prouvent ses manifestations ‎massives de soutien au président Maduro, et les Forces armées nationales bolivariennes ayant ‎ratifié leur loyauté, l’administration des Etats-Unis a intensifié sa campagne politique et ‎médiatique internationale et renforce maintenant ses mesures économiques coercitives ‎unilatérales contre le Venezuela, entre autres le blocage dans des banques de pays tiers de ‎plusieurs milliards de dollars appartenant à la République bolivarienne et le vol pur et simple des ‎revenus pétroliers de cette nation sœur, ce qui cause de graves dommages humanitaires et de ‎dures privations à son peuple.‎

Non contents de ce pillage cruel et injustifiable, les Etats-Unis prétendent fabriquer un prétexte ‎humanitaire pour lancer une agression militaire contre le Venezuela et entendent introduire sur le ‎territoire de cette nation souveraine, en recourant à l’intimidation, aux pressions et à la force, une ‎prétendue aide humanitaire mille fois inférieure aux dommages économiques que cause la ‎politique d’encerclement imposée depuis Washington.‎

Le « président » auto-proclamé, un vil usurpateur, a déclaré sans vergogne qu’il était prêt à ‎réclamer une intervention militaire des Etats-Unis sous prétexte de recevoir cette « aide ‎humanitaire » et a taxé le rejet digne et souverain de cette manœuvre par le gouvernement ‎vénézuélien de « crime contre l’humanité » !‎

De hauts fonctionnaires des Etats-Unis rappellent jour après jour, d’une façon arrogante et sans le ‎moindre scrupule que, en ce qui concerne le Venezuela, « toutes les options sont sur la table, ‎y compris l’option militaire ».‎

Cherchant à fabriquer de toutes pièces des prétextes, l’administration des Etats-Unis a eu recours ‎à la tromperie et à la calomnie en présentant au Conseil de sécurité des Nations Unies un projet ‎de résolution où, cyniquement et hypocritement, elle exprime sa vive inquiétude au sujet de « la ‎situation humanitaire et celle des droits de l’homme » au Venezuela, « les tentatives récentes de ‎bloquer l’arrivée de l’aide humanitaire, l’existence de millions de migrants et de réfugiés, […] le ‎recours excessif à la force contre des manifestants pacifiques, la situation de rupture de la paix et ‎de la sécurité internationales », et où elle appelle instamment à « l’adoption des mesures ‎nécessaires ».‎

Il est évident que les Etats-Unis préparent le terrain pour établir par la force « un couloir ‎humanitaire » sous « protection internationale », en invoquant « l’obligation de protéger » les ‎civils et d’appliquer « toutes les mesures requises ».‎

Faut-il rappeler que les Etats-Unis ont suivi une conduite similaire et fabriqué des prétextes ‎semblables comme prélude aux guerres qu’ils ont déclenchées contre la Yougoslavie, l’Iraq et ‎la Libye, causant d’énormes pertes de vies humaines et d’immenses souffrances ?‎

L’administration des Etats-Unis tente d’éliminer le plus grand obstacle – la Révolution bolivarienne ‎et chaviste – à sa domination impérialiste sur Notre Amérique et au vol au peuple vénézuélien des ‎plus grandes réserves certifiées de pétrole de toute la planète et d’autres abondantes ressources ‎naturelles et stratégiques.‎

On ne saurait oublier la triste et douloureuse histoire d’interventions militaires des Etats-Unis ‎contre le Mexique, à plusieurs reprises, contre le Nicaragua, la République dominicaine, Haïti, ‎Cuba, le Honduras et, plus récemment, la Grenade et Panama.‎

Raúl Castro Ruz avait averti le 14 juillet 2017 :‎

« L’agression et la violence putschiste contre le Venezuela font du tort à toute ‎Notre Amérique et favorisent uniquement les intérêts de ceux qui s’acharnent à nous ‎diviser pour dominer nos peuples, sans se soucier des conflits aux conséquences ‎incalculables qu’ils provoquent dans la région, à l’image de ceux auxquels nous assistons ‎à différents endroits du monde. »‎

L’Histoire jugera sévèrement une nouvelle intervention impérialiste dans la région et la complicité ‎de ceux qui, d’une manière irresponsable, la secondent.‎

La souveraineté et la dignité de l’Amérique latine et des Caraïbes, ainsi que celles des peuples ‎du Sud, sont en jeu aujourd’hui au Venezuela. La survie des normes du droit international et de la ‎Charte des Nations Unies est aussi en jeu. La question de savoir si la légitimité d’un ‎gouvernement émane de la volonté expresse et souveraine de son peuple ou de la ‎reconnaissance de puissances étrangères est pareillement en jeu.‎

Le Gouvernement révolutionnaire de la République de Cuba appelle la communauté internationale ‎à se mobiliser pour défendre la paix au Venezuela et dans la région, conformément aux principes ‎de la Proclamation faisant de l’Amérique latine et des Caraïbes une Zone de paix, proclamation ‎adoptée par les chefs d’État ou de gouvernement de la Communauté des États latino-américains ‎et caribéens (CELAC) en 2014.‎

Le Gouvernement révolutionnaire de cuba se félicite, tout en l’appuyant, de l’initiative appelée ‎Mécanisme de Montevideo, lancée par le Mexique, l’Uruguay, la Communauté des Caraïbes ‎‎(CARICOM) et la Bolivie afin de préserver la paix au Venezuela en se fondant, comme le signale ‎la récente Déclaration du Mécanisme, sur les principes de la non-intervention dans les affaires ‎intérieures des États, de l’égalité juridique entre les États et du règlement pacifique des différends.‎

Il se félicite de ce que le président Nicolas Maduro Moros et la communauté internationale aient ‎accueilli favorablement cette Initiative et exprime sa vive inquiétude devant le rejet catégorique ‎que l’administration des Etats-Unisdes oppose aux initiatives de dialogue, dont celle-ci, lancées ‎par plusieurs pays.‎

Le Gouvernement révolutionnaire de la République de Cuba réitère sa solidarité résolue et ‎invariable avec le président constitutionnel Nicolas Maduro Moros, avec la Révolution ‎bolivarienne et chaviste, et avec l’union civico-militaire de ce peuple, et lance un appel à tous ‎les peuples et gouvernements du monde pour qu’ils défendent la paix et s’unissent, au-delà des ‎divergences politiques ou idéologiques, pour stopper une nouvelle intervention militaire de ‎l’impérialisme en Amérique latine et dans les Caraïbes, intervention qui portera préjudice à ‎l’indépendance, à la souveraineté et aux intérêts des peuples depuis le Río Bravo jusqu’à la ‎Patagonie.‎

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.