Réseau Voltaire

Juan Guaidó a commencé à piller les avoirs vénézuéliens

+

Le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaidó, n’a pas présenté de justificatifs du coût de ses déplacements à l’étranger comme la Constitution lui en fait l’obligation.

Devant son refus, le contrôleur général de la République, Elvis Amoroso, a saisi la Justice qui a prononcé sa suspension de ses fonctions de député et 15 ans d’inéligibilité pour corruption.

Il a réalisé plus de 91 voyages hors du territoire pour un coût supérieur à 310 millions de bolivars (environ 94 000 dollars US) sans en justifier le financement. Celui-ci aurait été réalisé avec l’argent saisi par les États-Unis et le Royaume-Uni sur les avoirs vénézuéliens à l’étranger.

Juan Guaidó —qui ne s’estime plus président de l’Assemblée nationale, mais s’est autoproclamé président de la République— considère que le mandat du contrôleur général n’est plus valide et s’est donc opposé à sa requête. Ses représentants personnels ont pris le contrôle des avoirs nationaux saisis par les États-Unis et le Royaume-Uni avec lesquels ils financent une mini-administration en exil et le recrutement de commandos au Guatemala, au Honduras et au Salvador.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.