Réseau Voltaire

L’armée russe se sert des manœuvres de l’Otan pour s’exercer dans des conditions proches des combats réels

Faut-il y voir une forme d’humour ou un mépris du danger ? L’armée russe vient d’utiliser les manœuvres de l’Otan « Bouclier de la mer 2019 » en mer Noire pour réaliser son propre exercice en situation réelle.

| Bucarest (Roumanie)
+
JPEG - 24.8 ko

Les fonctionnaires ukrainiens ont déclaré que leur marine militaire, ainsi qu’un groupe de navires de l’Otan, se préparaient à traverser le détroit de Kertch sans l’approbation de la Russie. Par cette astuce, les Ukrainiens pensent qu’ils vont tromper la Russie.

Dans le même temps, de grands exercices des forces navales de l’Otan appelés « Bouclier de la mer 2019 » viennent d’avoir lieu en mer Noire. Les États membres de l’Otan ont mis en pratique des procédures de combat contre les sous-marins, les navires de surface et les aéronefs adaptés à la région. Son scénario simule une opération de réponse à une crise dans le cadre d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU).

Quatorze navires militaires roumains, des chasseurs Mig 21 et F-16 roumains, le destroyer néerlandais Evertsen, la frégate canadienne Toronto, la frégate espagnole Santa Maria, la frégate turque Gelibolu et le bateau auxiliaire français Var ont participé à ces manœuvres.

Depuis le 8 avril, la 4ème Armée de l’Air et la Défense antiaérienne, ainsi que la flotte russe de la mer Noire, ont mené des activités de coopération dans le cadre du plan de contrôle déjà établi. 20 bombardiers tactiques Su-34 et Su-24, des avions d’assaut Su-25SM et des avions Su-30 ont simulé la percée de la défense anti-aérienne et l’attaque contre les navires franchissant la frontière russe. Le scénario correspondait à la destruction de deux navires de guerre ennemis, d’un destroyer et d’une frégate. Les caractéristiques des navires correspondent à celles de la composition du groupe naval de l’Otan participant au « Bouclier de la mer 2019 ».

Les navires de guerre russes ont effectué des missions pour défendre l’infrastructure côtière de la péninsule de Crimée, ainsi que pour contrer les groupes navals de l’ennemi.

Toujours dans le cadre de la vérification des capacités de combat, quatre chasseurs Su-27SM du 38ème Régiment d’aviation à Belbek en Crimée, ont escorté deux bombardiers stratégiques Tu-160 qui ont évolué dans l’espace aérien de la mer Noire. Ces avions tu-160 font partie de la 22ème Division aérienne de bombardement de la base aérienne d’Engels. Les Su-27SM se sont entraînés à intercepter des cibles aériennes dans plusieurs directions d’attaque. Jusqu’à présent, les bombardiers Tu-22M3 à grand rayon d’action ont été utilisés dans ces exercices.

La vérification du niveau de préparation des forces militaires russes a été effectuée au milieu des exercices « Bouclier de la mer 2019 », qui ont offert aux forces russes la possibilité de mener des missions d’entraînement dans des conditions proches des véritables conditions de combat. L’exercice des forces militaires russes est un message clair envoyé aux forces de l’Otan afin de les tenir loin des eaux territoriales de la Fédération de Russie en mer Noire et spécialement du pont du détroit de Kertch.

Traduction
Avic
Réseau International

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.