Réseau Voltaire

Les militaires français pris au piège en Syrie

+

Le président Emmanuel Macron a réuni un Conseil de défense au PC Jupiter de l’Élysée, le 13 octobre 2019 en fin de soirée, pour statuer sur les forces militaires et civiles positionnées au Nord de la Syrie [1].

• En secret, le président Macron avait ajouté huit bases militaires à celle déjà implantée par le président Hollande. Toutes les neuf sont illégales au regard du droit international. Elles avaient pour mission de soutenir le démantèlement de la Syrie et la création d’un nouvel État, le « Rojava » (Kurdistan).
• Il avait également donné instruction à la DGSE de favoriser l’engagement d’anarchistes français dans les rangs des YPG kurdes [2], dont un est déjà revenu en France et a tenté d’abattre un hélicoptère de la Gendarmerie nationale [3].
• Il avait enfin encouragé le déplacement d’ONG humanitaires sous contrôle militaire.

On ignore si le Conseil de défense a été informé à temps de l’accord, négocié au même moment par l’armée russe sur sa base aérienne d’Hmeimim, entre les YPG kurdes et la République arabe syrienne.

Les personnels français ont assisté durant trois ans, sans être autorisés à intervenir, aux crimes contre l’humanité perpétrés par des éléments kurdes contre les Assyriens chrétiens et les Arabes musulmans au Nord-Est de la Syrie.

Ils n’ont pas été repliés lorsque, le 6 octobre, la Maison-Blanche a informé la France de l’imminence de l’invasion turque, laquelle a débuté le 9 octobre.

Aujourd’hui, en l’absence des forces US, les personnels français sont pris entre deux feux : d’une part l’armée turque que le président Hollande a trahie en 2015, d’autre part les ex-alliés kurdes ralliés à la République arabe syrienne que la France combat.

Carte des bases secrètes françaises publiée par l’agence officielle turque, Anadolu Agency, en janvier 2019 :

JPEG - 76.3 ko

À lire sur voltairenet.org : Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix », une étude en trois parties de Thierry Meyssan.
- 1. La généalogie de la question kurde (mardi 15 octobre)
- 2. Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français (mercredi 16 octobre)
- 3. L’invasion turque du Rojava (jeudi 17 octobre)

[1] « Communiqué du Conseil de Défense et de Sécurité nationale », Réseau Voltaire, 13 octobre 2019.

[2] Cf. le film Sœurs d’armes, de Caroline Fourest, ex-porte-parole de l’Union communiste libertaire.

[3] « Ces revenants du Rojava qui inquiètent les services de renseignement », Matthieu Suc et Jacques Massey, Médiapart, 2 septembre 2019.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.