Alors que Washington supervise la défaite saoudienne au Yémen et que des rumeurs de possibles coups d’État se succèdent à Riyad, Victoria Coates, a été nommée envoyée spéciale des États-Unis pour l’Énergie. Elle serait arrivée à Riyad où elle résidera.

Madame Coates a été accusée d’être l’auteure de la tribune publiée en 2018 par le New York Times « Je fais partie de la résistance au sein de l’administration Trump » [1] et du livre qui suivit : A warning (Une alerte) [2].

Réputée proche de Donald Rumsfeld, du Pentagone et d’Israël, elle fut conseillère du sénateur Ted Cruz lors de sa campagne électorale. Elle était devenue l’adjointe de l’actuel conseiller national de Sécurité, Robert O’Brien, et suivait particulièrement le dossier iranien.

La Maison-Blanche envisagerait de prendre directement en main l’Aramco (Saudi Arabian Oil Company) qui a été privatisée à hauteur de 1,5 % en décembre dernier. Elle priverait ainsi les Séoud de leur unique source de revenus en échange de leur maintien au pouvoir dans un des cinq États qui surgiraient lors du démantèlement du pays.

[1] « Je fais partie de la résistance au sein de l’administration Trump », New York Times (États-Unis), Réseau Voltaire, 5 septembre 2018.

[2] A Warning, Anonymous, Twelve (2019.