Un réseau de tunnels, comprenant un hôpital de campagne, a été construit par les ingénieurs de l’Otan avec du ciment produit spécialement par Lafarge [1] pour les jihadistes, en 2015, en violation du Droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’Onu.

Il a été abandonné devant l’avancée de l’armée syrienne et vient d’être détruit par l’armée russe.

Rappelons que, contrairement à la propagande occidentale, l’Otan avait supervisé, de 2011 à 2016, la construction d’installations souterraines pour que les jihadistes puissent mener une guerre de position conformément à leur manuel [2]. L’armée syrienne ne disposant pas de bombes pénétrantes ne pouvait pas attaquer ces complexes. Dès son arrivée, en 2014, l’armée russe s’est employée à les détruire. À sa grande surprise, il lui a fallu plus de six mois pour y parvenir, tant il y en avait. Cependant, on en trouve encore de très grands comme celui qui vient d’être détruit.

[1] « Révélations : le jihad de Lafarge-Holcim », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 24 mars 2017.

[2] The Management of Savagery : The Most Critical Stage Through Which the Umma Will Pass, Abu Bakr Naji, Harvard University (2006). Version française : Gestion de la barbarie, éd de Paris (2007).