Le président Biden a annoncé, le 14 avril 2021, le retrait des troupes US d’Afghanistan [1].

Cependant, il ne s’agit pas là de l’application du programme de son prédécesseur (retrait des troupes et arrêt de la « guerre sans fin »). Joe Biden n’a d’ailleurs jamais évoqué l’abandon de la stratégie Rumsfeld/Cebrowski.

Selon le secrétaire à la Défense, le général Lloyd Austin, les États-Unis continueront à payer les salaires de l’armée et de la police afghanes et devraient prendre en charge l’équipement de l’armée de l’Air et des Forces spéciales. Il ne s’agirait pas à proprement parler d’un « retrait », mais d’une « opération de rétrogradation ». Le Pentagone ayant la volonté de redéployer ses soldats sur d’autres fronts.

Il semble que le Pentagone entende poursuivre la « guerre sans fin » en Afghanistan à la manière dont il l’a débutée au Liban : sans troupes US, en jouant uniquement sur les divisions locales.

Au passage, on a entendu un mensonge de plus : selon le président Biden et le secrétaire d’État Blinken, les États-Unis ont tenu leur promesse. Ils ont « traduit en justice Oussama Ben Laden » (sic).

[1] « Annonce du retrait militaire US d’Afghanistan », par Joseph R. Biden Jr., Réseau Voltaire, 14 avril 2021.