JPEG - 26.6 ko

Chaque année, en ce jour, nous nous souvenons de la vie de tous ceux qui sont morts lors du génocide arménien de l’ère ottomane et nous nous réitérons notre engagement à faire en sorte qu’une telle atrocité ne se reproduise jamais. À partir du 24 avril 1915, avec l’arrestation d’intellectuels arméniens et de dirigeants de la communauté à Constantinople par les autorités ottomanes, un million et demi d’Arméniens ont été déportés, massacrés ou ont marché vers la mort lors d’une campagne d’extermination. Nous rendons hommage aux victimes du Medz Yeghern afin que les horreurs passées ne soient jamais oubliées par l’histoire. Et nous nous en souvenons pour toujours rester vigilants face à l’influence corrosive de la haine sous toutes ses formes.

La plupart de ceux qui ont survécu ont été contraints de trouver de nouveaux foyers et de nouvelles vies dans le monde, y compris aux États-Unis. Avec force et résilience, le peuple arménien a survécu et reconstruit sa communauté. Au fil des décennies, les immigrants arméniens ont enrichi les États-Unis d’innombrables façons, mais ils n’ont jamais oublié l’histoire tragique qui a amené tant de leurs ancêtres sur nos côtes. Nous rendons hommage à leur histoire. Nous voyons cette douleur. Nous affirmons l’histoire. Nous ne le faisons pas pour blâmer mais pour nous assurer que ce qui s’est passé ne se répète jamais.

Aujourd’hui, alors que nous pleurons ce qui a été perdu, tournons également nos yeux vers l’avenir – vers le monde que nous souhaitons construire pour nos enfants. Un monde non souillé par les maux quotidiens du sectarisme et de l’intolérance, où les droits de l’homme sont respectés et où chacun peut vivre sa vie dans la dignité et la sécurité. Renouvelons notre résolution commune à empêcher que d’autres atrocités ne se produisent où que ce soit dans le monde. Et œuvrons pour la guérison et la réconciliation pour tous les peuples du monde.

Le peuple américain honore tous les Arméniens qui ont péri dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans aujourd’hui.