Dreamstime

Les Jeux Olympiques d’hiver de 2014 —qui s’ouvrirent à Sotchi en Russie le 7 février à la veille de l’explosion de la crise ukrainienne avec le putsch de Place Maïdan (18-20 février)— furent définis dans la campagne médiatique anti-russe comme les « Olympiades du tzar Poutine ». Le président Obama et le vice-président Biden, suivis par d’autres, les boycottèrent en accusant la Russie de violer les droits humains des LGTB. Même scénario aujourd’hui avec les Jeux Olympiques d’hiver à Pékin, définis dans la campagne médiatique anti-chinoise comme « les Jeux de pouvoir de Xi, le Grand timonier olympique » (La Repubblica, 3 février). Le président Biden les a boycottés, accusant la Chine de violer les droits humains des Ouïgours. À la suite des États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la Lituanie, l’Estonie et le Kosovo (bien connu pour sa défense des droits humains, sous enquête pour trafic d’êtres et d’organes humains) ont déclaré le « boycott diplomatique » des Jeux Olympiques de Pékin.

Le boycott fait partie de la stratégie de Washington d’« endiguement » de la Chine. Elle n’est pas restée simplement l’« usine du monde » où les multinationales états-uniennes et européennes ont délocalisé depuis des décennies une grande partie de leurs productions, en y faisant des profits colossaux. La Chine a réalisé son propre développement productif et technologique et, sur cette base, des projets comme la Nouvelle Route de la Soie : un réseau terrestre (routier et ferroviaire) et maritime entre la Chine et l’Europe à travers l’Asie Centrale, le Moyen-Orient et la Russie. Dans ce cadre, les relations économiques entre la Chine et la Russie se sont renforcées, surtout après les sanctions imposées à la Russie par les États-Unis et l’UE. Les échanges entre les États-Unis et la Chine restent majeurs, mais, étant donné que de nombreux produits sur le marché états-unien sont fabriqués en Chine par des multinationales US ou fournis par des sociétés chinoises, les États-Unis enregistrent dans le commerce bilatéral un déficit de plus de 300 milliards de dollars annuels. La Chine a en outre fortement réduit ses propres investissements aux USA. Plus grave encore pour Washington, le fait que le pourcentage en dollars des réserves monétaires chinoises a sensiblement diminué et que la Chine cherche des monnaies alternatives à celle des USA à utiliser dans le commerce international, mettant en danger l’hégémonie du dollar.

Ne pouvant pas arrêter ce processus qui peut mettre fin à la domination économique des États-Unis, Washington jette son épée sur le plateau de la balance. L’« endiguement » économique devient « endiguement » militaire. L’amiral Philip S. Davidson, alors chef du Commandement de l’Indo-Pacifique —la région qui dans la géopolitique de Washington s’étend de la côte occidentale des USA à celle de l’Inde— a demandé au Congrès 27 milliards de dollars pour construire autour de la Chine un rideau de bases de missiles et de systèmes satellites. « Nous devons commencer à affronter la Chine depuis une position de force », a déclaré le secrétaire d’État Anthony Blinken.

C’est dans ce cadre que se place l’AUKUS, le partenariat stratégico-militaire constitué par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie avec « l’impératif d’assurer la paix et la stabilité dans l’Indo-Pacifique » ; les États-Unis et la Grande-Bretagne aideront l’Australie à acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire, armés de missiles sûrement aussi à tête nucléaire, comme le Trident D5 US qui peut transporter jusqu’à 14 têtes thermonucléaires indépendantes. Ces sous-marins de fait sous commandement US, en s’approchant des côtes de la Chine et de la Russie, pourraient frapper en quelques minutes les principaux objectifs dans ces pays avec une capacité destructrice équivalente à plus de 20 000 bombes d’Hiroshima.

La Chine et la Russie renforcent en conséquence non seulement leur coopération économique, mais aussi politique et militaire. Dans la déclaration conjointe à Pékin [1], les présidents Xi Jin-ping et Vladimir Poutine ont souligné que « La Russie et la Chine s’opposent aux tentatives de forces externes de miner la sécurité et la stabilité dans leurs régions adjacentes » et qu’elles « s’opposent à l’élargissement ultérieur de l’Otan ». La stratégie USA-Otan de la tension et de la guerre, qui ramène à la confrontation entre blocs opposés, brise les cinq cercles entrelacés, symbole olympique des cinq continents unis pour « un monde meilleur et pacifique ».

Traduction
Marie-Ange Patrizio
Source
Il Manifesto (Italie)