En novembre dernier, Amichay Eliyahu, ministre du Patrimoine, se proposait d’utiliser des bombes atomiques tactiques pour en finir avec les arabes de Palestine. Sur le moment, le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, le démentait et le sanctionnait. Cependant, on a constaté depuis plusieurs mois que les déclarations les plus extrêmes, même démenties, n’étaient pas faites par hasard, mais pour préparer l’opinion publique internationale à ce qui allait suivre.

La frontière entre le nord d’Israël et le sud du Liban est incandescente, les rumeurs d’une invasion imminente de l’armée israélienne pour pulvériser la guérilla chiite du Hezbollah n’ayant pas été démenties, et les multimédias proches de Joe Biden ne cachant pas le soutien inconditionnel des Etats-Unis à l’opération [1].

Dans l’interview du juge Napolitano avec le colonel à la retraite Douglas MacGregor (DMG), 77 ans, conseiller du Pentagone sous l’administration Trump, et actuel commentateur des questions militaires, s’est étendu sur la faisabilité d’une attaque israélienne contre le Hezbollah et, à la minute 19:03, a exhorté de manière menaçante "à ne pas exclure la possibilité qu’Israël utilise des armes nucléaires tactiques (sic) contre le Hezbollah [2]".

Il semble bien que plusieurs politiciens israéliens [3] et rabbins [4] ainsi que le pugnace sénateur républicain Lindsey Graham [5], qui a suggéré qu’Israël utilise ses armes nucléaires comme à Hiroshima et Nagasaki [6] pour retrouver sa "force de dissuasion [7]", vont voir leurs vœux nucléaires exaucés.

DMG a approuvé l’affirmation imprudente du "médiateur" de Biden, le Khazarien Amos Hochstein [8], 51 ans, double citoyen états-unien et israélien, né en Israël et ayant servi dans l’armée hébraïque, qui a "averti les responsables libanais que si le Hezbollah ne cessait pas ses attaques quasi quotidiennes sur le nord, Israël pourrait lancer une attaque limitée (re-sic) avec le soutien des États-Unis [9]".

DMG a fait remarquer que l’invasion israélienne coïnciderait avec l’arrivée, du 23 au 25 juin (méga-sic !), du groupe de frappe embarqué sur le porte-avions états-unien. Il a affirmé que les États-Unis soutiendraient Israël avec leurs satellites, leurs avions, leurs missiles, leur force navale et l’ensemble de leur système de surveillance et de reconnaissance avec échange de données.

Il a également affirmé que le Hezbollah bénéficierait d’un soutien similaire de la part de l’Iran et qu’en cas d’attaque US contre l’Iran, la Russie et la Chine n’abandonneraient pas la théocratie chiite.

Tout cela est déjà bien connu depuis que nous avons émis l’hypothèse, dès le début de la guerre d’Israël contre le Hamas, que ce que cherche réellement Netanyahou est la destruction de l’Iran par les États-Unis [10].

DMG estime que la situation au Moyen-Orient est bien plus dangereuse qu’en Ukraine : entraînant bientôt la fermeture du détroit d’Ormuz – ce qui ferait grimper en flèche le prix du baril de pétrole - et l’explosion intérieure en Égypte et en Turquie, dont les populations ne tolèrent pas le génocide à Gaza.

DMG a confirmé que le Pakistan - qui possède 170 bombes nucléaires [11]- a proposé de mettre son arsenal à la disposition de la Turquie - deux grandes puissances régionales sunnites - pour rééquilibrer la dissuasion face à Israël.

Par ailleurs, les publications occidentales sous-estiment le nombre réel de bombes nucléaires clandestines d’Israël et, selon les penchants des uns ou des autres, le situent entre 90 et 400 (méga-sic). À mon avis, le chiffre de 400 bombes nucléaires est plus exact, étant donné que l’ancien président James Carter avait déclaré il y a longtemps qu’Israël en possédait plus de 300 (sic) [12].

Pour sa part, la mission diplomatique de l’Iran auprès des Nations unies a mis en garde Israël contre les conséquences d’une guerre totale contre le groupe de résistance Hezbollah au Liban et a affirmé qu’"Israël serait le grand perdant [13]".

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti qu’en cas d’invasion israélienne, il se battrait sans règles et sans limites et a menacé de cibler militairement la partie grecque de Chypre si Israël continuait à utiliser ses aéroports et ses bases à des fins militaires [14].

Chaque fois que les deux Khazars Antony Blinken (huit visites), secrétaire d’État, et Amos Hochstein (quatre visites) viennent tenter d’apaiser à la fois la guerre à Gaza et l’escalade des attaques transfrontalières entre le Hezbollah et Israël, les deux situations délicates s’aggravent.

Traduction
Maria Poumier

[2« Col. Douglas Macgregor : IDF vs. Netanyahu », Judge Napolitano - Judging Freedom, YouTube, June 22, 2024.

[7« Deterrence - Political and military strategy », Britannica, April 29, 2024.

[8« Bajo la lupa : ¿Podrá Biden detener la anunciada invasión de Israel a Líbano ? », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 19 de junio de 2024.

[10« El anhelo de Netanyahu detrás de Gaza : la destrucción de Irán », Alfredo Jalife-Rahme, Sputnik, 27 de octubre de 2023.

[11« Pakistan nuclear weapons, 2023 », Hans M. Kristensen, Matt Korda & Eliana Johns, Bulletin of Atomic Scientits, September 11, 2023.

[12« El expresidente Carter alertó sobre las 300 bombas termonucleares clandestinas que posee Israel », Alfredo Jalife-Rahme, Sputnik, actualizado 2 de mayo de 2024.

[14« Hezbollah threatens war against Cyprus if it helps Israel », Seb Starcevic & Nektaria Stamouli, Politico, June 19, 2024.