Le témoin entendu à propos de " La Famille " est un membre associé de ce mouvement. Il y est entré dans un moment de crise, de remise en question de soi et de la société. La lecture de l’Evangile lui a fait découvrir une manière de changer le monde autre que la violence.

Le témoin estime que le terme " secte " doit être banni parce qu’il est diffamatoire et synonyme d’intolérance religieuse. C’est pourquoi il lui préfère le concept de " nouveau mouvement religieux ", même pour les mouvements qu’il estime dangereux, dans la mesure où n’importe quelle institution (politique, sociale, etc.) peut commettre des actes illicites.

Sur le plan théologique, la doctrine centrale de " La Famille " est le salut par la grâce, comme dans l’église protestante : contrairement aux catholiques, les membres de " La Famille " croient qu’on est sauvé en croyant à Jésus, qui est mort pour expurger les péchés de l’homme.

" La Famille " se refuse à construire des églises car elle considère que c’est du gaspillage. Les réunions se passent donc dans les maisons des membres.

L’accent est aussi placé sur l’évangélisation.

Selon le témoin, la liberté des relations sexuelles dans le cadre de la " Loi d’Amour " est également une doctrine particulière à " La Famille ".

A cet égard, il fait remarquer qu’il n’a connaissance d’aucune atteinte à l’intégrité physique des enfants au sein de " La Famille ". Même si la littérature des débuts des " Enfants de Dieu " était très libre d’un point de vue sexuel, les écrits de David Berg, même les plus anciens, ne contiennent aucune incitation à la pédophilie. Une grande liberté est accordée aux adolescents, à partir de l’âge de 11-12 ans, pour ce qui est des relations entre eux.

Quant aux affirmations de la fille de Moïse David concernant certaines pratiques incestueuses, le témoin affirme n’avoir jamais vu ni entendu parler d’aucune pratique incestueuse au sein du mouvement.

Dans tous les cas de poursuites judiciaires pour faits d’inceste ou de pédophilie, les enfants ont à chaque fois été rendus à leurs parents après enquête par la justice.

Selon le témoin, il n’y a pas plus de cas d’incestes au sein de " La Famille " que dans le reste de la population belge. Les examens gynécologiques réalisés à la demande des tribunaux ont prouvé que le taux de virginité des enfants de " La Famille " était bien plus élevé que le taux de virginité habituel du reste de la population.

D’après le témoin, plus d’enfants ont été traumatisés suite à l’acharnement des gens contre " La Famille " que suite aux soi-disant maltraitances qu’ils auraient subies.

La plus grande partie des écrits du fondateur concernent la spiritualité, la prière et l’évangélisation. Seuls 5 % ont trait à la sexualité.

Vu la vie communautaire au sein du mouvement, le témoin estime que les enfants sont mieux protégés que dans le reste de la société car la surveillance y est plus étroite. S’il y avait un père ou une mère incestueux au sein d’une communauté, il y a proportionnellement plus de chances que les enfants puissent s’exprimer à ce sujet et être aidés.

Quant aux cassettes mettant en scène des enfants, le témoin dit ne les avoir vues qu’à la télévision et jamais dans une des communautés qu’il a fréquentées. Ces cassettes ont été récupérées par d’anciens adeptes aux Philippines. Elles n’étaient plus en circulation.

En outre, le témoin estime que ces cassettes ne présentaient aucune connotation sexuelle et compare ces danses aux spectacles présentés par les enfants lors de certaines fancy-fairs à l’école.

Selon le témoin, les adolescents sont mûrs physiquement dès la puberté mais ils n’ont pas la maturité nécessaire pour gérer une relation. Il appartient donc aux adultes responsables de ces enfants de les éduquer sexuellement, sans pour autant en profiter pour établir une relation avec eux. C’est exactement ce qui est dit dans les écrits de l’épouse du prophète. Il arrive toutefois que des adultes succombent aux charmes d’un adolescent, et ce même en dehors de " La Famille ", par exemple dans les écoles.

En ce qui concerne le flirty fishing, le témoin indique qu’il s’agit d’une technique d’évangélisation, qu’il a pratiqué lui-même, en tant qu’adulte, dans le cadre de ses libertés. Il a été mis fin à cette pratique en 1987. Dès l’apparition des premiers cas de sida, la plupart des membres y ont renoncé. C’est également la raison pour laquelle il est interdit d’avoir des relations sexuelles avec un non-membre. Les personnes atteintes du sida ne peuvent s’intégrer dans une communauté mais elles sont acceptées comme membre associé (TS). Il en va de même pour toute maladie contagieuse.

Selon le Cesnur, il semble même qu’un tribunal italien ait considéré que le flirty fishing n’est pas de la prostitution.

Les documents de Moïse David contenaient maints détails à ce propos, principalement le récit de son expérience avec son épouse. Toutefois, personne n’était obligé de suivre ces consignes. Pour le témoin, le flirty fishing était une relation affective dans laquelle il ressentait le besoin de partager son amour pour le Christ.

Il existe deux niveaux de membres :

- les DO (" disciple only "), qui adhèrent à la charte des droits et responsabilités rédigée en 1995. Il s’agit de règles de communauté comparables à celles édictées dans un monastère. Cette charte fixe notamment les droits des enfants et mentionne l’adresse des dirigeants en Suisse s’ils veulent déposer plainte ;

- les membres TS, c’est-à-dire les membres associés qui ne sont pas soumis à ces règles. Ils cotisent et reçoivent les publications. Si un de ces membres commet un acte illégal, il est directement exclu du mouvement afin d’en assurer la bonne réputation. Cette décision est prise par le bureau responsable ; il en existe un par continent. Les membres sympathisants assistent volontairement aux réunions et font également du prosélytisme. Ils participent également à l’eucharistie, la communion.

Les adeptes du mouvement versent en principe 10 % de leur traitement, sauf exception pour des raisons sociales. Cet argent est utilisé pour l’évangélisation : la production de cassettes vidéo, des dons à des équipes missionnaires, etc.

Les cassettes se vendent mais l’argent n’est pas retourné au centre. Elles sont offertes en échange de dons pour le travail missionnaire des communautés ; il n’y a pas de prix fixé.

Quant aux pratiques religieuses, chaque matin, un petit temps est consacré à la lecture et à la prière. Cela peut également se faire entre amis, dans le salon ou devant la porte avant de partir.

Par ailleurs, le témoin dément l’existence d’une quelconque manipulation mentale au sein de " La Famille ".

Il estime que les nouveaux mouvements religieux sont aujourd’hui dans un état de guerre religieuse, un conflit social entraînant une rupture entre les sectes et les anti-sectes. Si on ne résout pas ce conflit et si on ne rétablit pas la communication entre ces groupements et la société (avec un éventuel contrôle social pour être sûr que les enfants soient bien soignés), le témoin prédit une issue violente et renvoie à cet égard aux attentats à la bombe commis récemment à Paris et aux nombreux suicides (?) dans le cadre de l’Ordre du Temple Solaire.

**

Selon un autre témoin, il existerait une vingtaine de noyaux familiaux en Belgique. Actuellement, l’appellation utilisée par le mouvement est l’" Association des communautés missionnaires chrétiennes indépendantes ".

Des témoins indiquent que des représentants de " La Famille " diffusent des cassettes vidéo du mouvement dans certaines écoles. Ainsi, des démarches auraient été entreprises dans des écoles de Rochefort par M. Claude Olivier, un ressortissant français membre de " La Famille ", pour vendre des cassettes vidéo éducatives. Il est arrivé que des enfants, au nombre de 15 ou 20, fréquentent la famille Olivier et participent avec elle à des promenades dans la nature. Selon un témoin, certains enfants auraient été sérieusement perturbés à la suite de ces contacts.

Par ailleurs, les enfants vivant dans les communautés de " La Famille " ne fréquentent pas l’école publique. Ils suivent un enseignement par correspondance à domicile, ce qui permet de leur inculquer plus facilement la philosophie du mouvement.


Source : Chambre des Représentants de Belgique http://www.lachambre.be