Le porte-parole du gouvernement grec, Dimitriss Reppas, a indiqué que son gouvernement avait obtenu la levée du message d’embargo sur les exportations d’asperges grecques qui a été lancé par un organisme professionnel français. M. Reppas a assuré que les informations sur les contaminations dues à l’usage des bombes à uranium par l’OTAN étaient " exagérées " et n’étaient pas suffisantes pour représenter un danger réel. D’autre part, des scientifiques, qui étaient auditionnés par une Commission parlementaires, ont affirmé que la Serbie était victime d’un désastre écologique majeur. Selon eux, si la Grèce n’est pas actuellement contaminée, on ne peut exclure que la contamination en Serbie n’ait pas de conséquences à long terme sur les territoires voisins. (D’après Athens News Agency.)