Le ministre français de la Défense, Alain Richard, a déclaré qu’en deux mois, les bombardements de l’OTAN avaient fait " des centaines de morts " parmi les troupes serbes. Cette première déclaration officielle d’un dirigeant occidental sur les pertes militaires de la RFY doit être interprétée dans le cadre de la " guerre de l’information ".

L’Alliance cherche à persuader les opinions publiques que la faiblesse de ces pertes n’est pas due à l’inadéquation de sa stratégie militaire, mais est le fruit d’une tactique subtile. Les bombardements n’auraient pas pour finalité de neutraliser les troupes yougoslaves mais de les retourner contre le président Milosevic. Les désertions de ces derniers jours seraient les signes avant-coureurs de ce bouleversement.

[Sur la guerre de l’information, on consultera un article paru dans " Les Notes d’information du Réseau Voltaire ", désormais disponible sur le Net :

.]