L’évolution du conflit kosovar fait apparaître le véritable adversaire de l’OTAN : non pas la Serbie, mais la Russie. Le premier objectif de guerre des États-Unis était d’éliminer la fonction diplomatique internationale de la Russie. Ils ont échoué comme le montre le règlement de la crise. Si la Serbie a accepté la proposition du G8, ce n’est pas parce qu’il aurait été vaincu par la guerre aérienne, ni même parce qu’il craignait l’affrontement au sol, mais uniquement parce qu’il a obtenu des garanties de Moscou que le plan de Rambouillet ne serait pas appliqué. Les Américains ont été mal avisés de tenter de forcer la main aux négociateurs russes, au motif qu’ils ne disposent que de peu d’autorité dans leur pays. En jouant sur la division des Russes, ils ne pouvaient que provoquer leur sursaut. Machiavel enseigne qu’il faut tuer son ennemi ou faire avec, mais jamais le blesser, c’est-à-dire attiser son agressivité.