Réseau Voltaire

Forcément Total - Lettre ouverte à "monsieur Daniel" à propos des conditions faites aux paysans dans la zone du gazoduc que Total construit en Birmanie

| Paris (France)
+

Monsieur Daniel,

En avril dernier, vous m’écriviez au nom de la compagnie Total (voir "Total nous écrit") pour dénoncer un article de notre correspondant en Asie du Sud-Est selon lequel Total exploite le travail forcé, en Birmanie, pour le grand chantier d’un gazoduc destiné à acheminer le gaz du golfe de Mataban. Vous affirmiez que ce chantier se ferait "selon les mêmes normes que partout ailleurs dans le monde", "sous la responsabilité de Total". J’espère que Total ne considère pas les normes birmanes applicables "partout ailleurs dans le monde" - comme au Nigeria peut-être ?

Nous avons reçu récemment un rapport - en anglais - du Karen Human Rights Group, daté du 1er août 1995 et intitulé "Conditions in the gaz pipeline area". On y apprend toute la vérité sur les conditions de vie des populations dans la région du gazoduc, en quatorze pages denses mais très claires. Ce qui m’a tout d’abord frappé dans ce texte, c’est la quinzaine de témoignages de paysans de la région, aujourd’hui réfugiés en Thaïlande. C’était la première fois que je lisais une description aussi détaillée de la réalité du travail forcé en Birmanie. Détaillée et convaincante, faut-il le préciser ?

"Les travaux feront appel à une main d’oeuvre birmane, évidemment volontaire et salariée (rémunérée dans des conditions forts décentes par rapport aux standards régionaux)", m’écriviez-vous.Figurez-vous, ami lecteur, que ceci était vrai !

Écoutez ce témoin :

"Ils ont fait venir des travailleurs de Rangoon, environ 1.200... Une centaine de villageois [de la région] ont été acceptés... C’était seulement ceux qui étaient proches des autorités. Les villageois ordinaires étaient refusés. Nous n’étions pas contents. Nous n’avions pas de travail sinon le portage forcé ou le travail forcé... Les travailleurs payés touchent 200 kyats par jour [soit plus du double du salaire local], mais les porteurs n’ont rien..."

C’est le témoignage d’un paysan du village de Kaunbauk. On sait aussi de lui qu’il a trente ans, qu’il est bouddhiste, et qu’il a été interviewé le 11 mai 1995. Comme pour tous les autres témoins de ce rapport, son récit est rapporté avec une remarquable rigueur. Il explique comment beaucoup de paysans de son village se font saisir leurs terres pour faire place aux installations militaires destinées à la sécurité du pipeline.

Ainsi que le précise le rapporteur, aucune compensation n’est jamais offerte aux paysans qui perdent leurs terres. Et lorsqu’ils sont engagés pour le travail forcé, ils doivent amener leur nourriture... ou l’argent pour la payer aux soldats. Et puis il y a la taxe de portage. "Il faut payer 400 kyats par mois [afin d’être exonéré de travail forcé]..."

Un autre témoigne de ce qu’est le portage : "Chaque porteur devait charger une cinquantaine de kilos Certains étaient malades ou tombaient. Les soldats nous battaient. Certains porteurs sont morts pendant que j’étais porteur. J’en connaissais un, de mon village de Ka M’Laing. Son nom était Ko Thein Mynt. Il avait environ trente ans... Sa femme, Ma Than Kyi, reste avec quatre enfants."

Ce témoin raconte que le chef de son village a organisé une collecte de 3.000 kyats pour la veuve de Ko Thein Myint. Dites-moi, Monsieur Daniel, ne pensez-vous pas que Total pourrait faire un geste pour elle ? Et pour les autres. Car la veuve de Ko Thein Myint n’est pas seule. Ce témoin, durant la même quinzaine jours de travail forcé, a vu mourir deux autres porteurs. Mais de ceux-là il ne connaît pas les noms car ils n’étaient pas de son village. À propos, souhaitez-vous entendre comment Ko Thein Myint est mort ?

"Il est tombé avec sa charge de 50 kilos... Les soldats ont dit : "Ce type fait semblant d’être malade", et ils ont frappé Ko Thein Myint avec les crosses de leurs fusils... Ko Thein Myint est mort là où il est tombé... Les soldats nous ont ordonné de porter son corps sur le bord du chemin et de couvrir son corps avec des branches."

Ainsi que l’explique ce "rapport indépendant du groupe karen des droits de l’homme", "les pétroliers sont responsables de la construction du pipeline, alors que le Slorc est chargé de pourvoir à la sécurité et au travail". Des problèmes de sécurité, il y en a de sérieux d’ailleurs. Les guérilleros karens représentent une menace permanente. Le Slorc a déjà mis en place 5.000 hommes et l’effectif augmente constamment. Une armée qui s’entretient en rançonnant les paysans par de multiples taxes dont celle de portage mentionnée plus haut. Un système presque gratuit. Parfait en somme.

Ne doutons pas qu’avec de telles méthodes les coûts de votre projet devraient pouvoir être remarquablement bas. Je suppose que vos actionnaires seront ravis d’apprendre qu’ils perçoivent ainsi des dividendes sur le travail forcé - et la mort - des paysans birmans.Interrogé au sujet de ce chantier, Jaques Chirac a déclaré que, selon lui, il contribuait au développement. Et que le premier droit de l’homme, c’est celui de manger. Ko Thein Myint n’aura plus besoin de manger.

- Nous avons pu consulter ce rapport grâce à sa mention dans "Info-Birmanie", parmi d’autres informations tout aussi passionnantes.

Abonnement : 70 F pour les étudiants ou chômeurs, 95 F pour les salariés, et 150 F (ou plus, bien sûr), l’abonnement de soutien.

"Info-Birmanie", 14 passage Dubail, 75010 Paris. Tél. : +33 (1) 40 35 06 98 ; fax : (1) 40 35 06 20. E-mail : [email protected]

- Il y a aussi, dans le numéro de février du magazine "Silence" un excellent article intitulé "Désespoir Total en Birmanie". L’abonnement à Silence (une revue précieuse, d’une quarantaine de pages) coûte pour un an (douze numéros) 220 francs, ou 190 francs pour "les petits budgets", ou 300 francs et plus en abonnement de soutien. "Silence", 9 rue Dumenge, 69004 Lyon.

Lire également "SLORC abuses in Chin state", rapport indépendant du Karen Human Rights Group (15 mars1995).

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.