7h59 : décollage du vol American Airlines 11 Boston-Los Angeles. Le Boeing 767-200ER transporte 81 passagers, 9 membres d’équipage et 2 pilotes. (NB. Ce type d’appareil est conçu, selon les aménagements intérieurs, pour accueillir 181 à 255 passagers).

8h01  : décollage du vol United Airlines 93 Newark-San Francisco. Le Boeing 757-200 transporte 38 passagers, 5 membres d’équipage et 2 pilotes. (NB. Ce type d’appareil est conçu pour accueillir, selon les aménagements intérieurs, 192 à 239 passagers).

8h10 : décollage du vol American Airlines 77 Dulles-Los Angeles. Le Boeing 757-200 transporte 58 passagers, 4 membres d’équipage et 2 pilotes.

8h15 : décollage du vol United Airlines 175 Boston-Los Angeles. Le Boeing 767-200ER transporte 56 passagers, 7 membres d’équipage et 2 pilotes.

8h40 : la FAA (Federal Aviation Administration) informe le NORAD (North American Aerospace Defence Command) du détournement du vol d’American Airlines 11.

8h43 : la FAA informe le NORAD du détournement du vol de United Airlines 175.

8h46 : le NORAD donne l’ordre à quatre F-15 de la Garde nationale basés à Otis-Falmouth (Massachussets) d’établir un contact visuel avec les vols United Airlines 175 et American Airlines 11. (NB. Compte tenu de la position des Boeings et des vitesses respectives des avions, il faudrait 8 minutes à la chasse pour les intercepter).

8h46 (estimation NORAD) : le Boeing du vol American Airlines 11 s’encastre dans la tour nord du World Trade Center entre le 80e et 85e étage.

8h48 : CNN annonce la catastrophe et diffuse des images du World Trade Center en direct. Dès les premières minutes, CNN évoque la "piste Ben Laden".

8h52 : décollage des quatre F-15 (pour deux d’entre eux la mission est déjà sans objet).

8h55 : le vol American Airlines 77 coupe son transpondeur et fait demi-tour en direction de Washington.

9h02 (estimation NORAD) : le Boeing du vol United Airlines 175 s’encastre dans la tour sud du World Trade Center entre le 73e et le 77e étage.

9h06 : la FAA informe les contrôleurs aériens du premier détournement d’avion.

9h08 : la FAA " stérilise " l’espace aérien new-yorkais : tous les vols doivent quitter la zone.

9h22 : le président Bush, en visite à l’école élémentaire Emma Broker de Sarasota (Floride), est informé. Il converse par téléphone avec le vice-président Dick Cheney qui est à la Maison-Blanche.

9h24 : la FAA informe le NORAD du détournement du vol American Airlines 77. Le NORAD donne immédiatement l’ordre à deux F-16 de la base de Langley (Virginie) d’établir un contact visuel avec le vol American Airlines 77. D’autres appareils sont positionnés dans le ciel de manière à protéger Washington.

9h26 : la FAA interdit tout nouveau décollage civil sur tout le territoire.

9h30 : décollage des deux F-16. (NB. Compte tenu de la position du Boeing et de la vitesse respective des avions, il faudrait 12 minutes à la chasse pour l’intercepter).

9h30 : le président Bush prend congé de son auditoire. Il déclare : " Nous venons d’avoir aujourd’hui une tragédie nationale. Deux avions se sont écrasés sur le World Trade Center dans ce qui semble être une attaque terroriste contre notre pays. J’ai parlé au vice-président, au gouverneur de New-York et au directeur du FBI, et j’ai ordonné que toutes les ressources du gouvernement fédéral soient mises en œuvre pour aider les victimes et leurs familles, et pour conduire une investigation à grande échelle pour traquer et retrouver les gens qui ont fait ça. "

9h32 : fermeture de la Bourse de New York.

9h38 (selon le département de la Défense) : le vol American Airlines 77 se serait écrasé sur le Pentagone.

9h45 : la FAA ferme l’espace aérien US et ordonne aux 4873 aéronefs civils en vol d’atterrir immédiatement.

9h45 : le président Bush donne l’ordre d’abattre tout avion suspect.

9h57 : le président Bush quitte la Floride à bord d’Air Force One pour rejoindre Washington. Des journalistes sont autorisés à monter à bord.

10h00 : quittant précipitamment le congrès des syndicats britanniques, Tony Blair déclare : " Ce terrorisme de masse est le nouveau démon du monde d’aujourd’hui. Il est perpétré par des fanatiques totalement indifférents à la sacralité de la vie humaine et nous, les démocraties de ce monde, nous allons devoir le combattre ensemble et éradiquer complétement ce démon de notre monde ".

10h00 : la tour sud du World Trade Center s’effondre.

10h03 (estimation NORAD) : le vol United Airlines 93 s’écrase au sud de Pittsburg. Le NORAD n’avait pas été informé de son détournement.

JPEG - 16.6 ko

10h05 : les assaillants joignent par téléphone le Secret Service (chargé de la protection du président) et lui délivrent un message dont la teneur n’est pas connue. Pour créditer leur appel, ils donnent les codes de transmission et d’authentification d’Air Force One et de la Maison-Blanche.
Considérant que la sécurité de l’avion présidentiel et de la Maison-Blanche n’est plus assurée, le Secret Service fait évacuer l’immeuble présidentiel et déploie des tireurs d’élite aux alentours et des roquettes sol-air. Il entend ainsi prévenir un éventuel assaut par des commandos aéroportés. Le vice-président Dick Cheney et la conseillère nationale de sécurité, Condoleeza Rice sont mis à l’abri dans la salle de commandement souterraine de l’aile ouest de la Maison-Blanche. Ils communiquent par téléphone avec le président Bush.
Simultanément, Air Force One est dérouté vers une destination inconnue, en fait la base militaire de Barksdale (Louisiane). Les journalistes présents à bord sont invités à débrancher leurs portables. L’avion présidentiel est pris en escorte par des F-15 et des F-16. Il vole à basse altitude et emprunte un trajet en zig-zag. De plus, il est procédé à l’évacuation du Capitole. Les parlementaires sont conduits par hélicoptères dans un abri anti-atomique.

10h10 : une aile du Pentagone s’effondre.

10h13 : évacuation du siège des Nations Unies à New York.

10h22 : évacuation du Département d’État, de la Banque mondiale et du Département de la Justice (autorité de tutelle du FBI).

10h25 : le Canada accepte de recevoir tous les vols internationaux déroutés.

10h29 : effondrement de la tour nord du World Trade Center.

10h39 : la FAA ordonne la fermeture de tous les aéroports.

10h45 : évacuation de tous les immeubles fédéraux à Washington.

10h46 : le secrétaire d’État Colin Powell, qui était en voyage officiel en Amérique latine, retourne aux USA.

10h54 : Israël ferme ses représentations diplomatiques partout dans le monde.

10h57 : le gouverneur de New York, George Patakis, ordonne la fermeture de tous les immeubles fédéraux.

11h02 : le maire de New York, Rudolph Giuliani, demande aux habitants de rester chez eux et fait évacuer le bas Manhattan.

12h00 : les USA ferment leur frontière avec le Mexique.

12h04 : fermeture et évacuation de l’aéroport international de Los Angeles.

12h15 : fermeture et évacuation de l’aéroport international de San Francisco.

12h15 : 50 avions civils volent encore dans l’espace aérien US.

13h04 : diffusion audio et vidéo d’un message enregistré par le président Bush à la base aérienne militaire de Barksdale (Louisiane). " J’ai été en contact régulier avec le vice-président, le secrétaire à la Défense, l’équipe nationale de sécurité et mon cabinet. Nous avons pris les mesures de sécurité appropriées pour protéger le peuple américain. Nos armées, sur le territoire et partout dans le monde, sont en alerte élevée, et nous avons pris les mesures de sécurité nécessaires pour assurer la continuité du fonctionnement de votre gouvernement. Nous avons été en contact avec les leaders du Congrès et avec les leaders du monde pour les assurer que nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger l’Amérique et les Américains (…) La détermination de notre grande nation est testée. Ne vous trompez pas : nous allons montrer au monde que nous allons passer le test ". Contrairement à ce que laisse entendre cette déclaration, le président Bush n’a eu aucun contact direct avec Vladimir Poutine, qui tente désespérément de le joindre. Bush ne doute pas que les Russes soient étrangers à cette attaque et n’a pas besoin de les rassurer. Par ailleurs, dans ce message télévisé, le président Bush ne parle plus de terrorisme.

13h44 : le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, donne l’ordre de déployer la flotte et de placer des AWACS en vol pour protéger New York et Washington. Deux porte-avions, cinq croiseurs et deux destroyers sont mis en mouvement.

13h47 : à bord d’Air Force One, le président Bush quitte la base de Barksdale (Louisiane) pour celle d’Offutt (Nebraska). Les journalistes accrédités continuent le périple à bord de l’avion présidentiel. Un point de presse est donné au début du vol par le porte-parole, Ari Fleischer. Il indique les mesures de sécurité qui ont été prises pour l’épouse et la fille du président. Il n’est pas question de terrorisme.

13h50 : fermeture et évacuation de l’aéroport de Dulles.

13h50 : le maire de Washington, Anthony Williams, décrète l’état d’urgence dans tout le district de Columbia.

14h00 : le Canada ferme son espace aérien aux vols internationaux.

15h ? ?  : Air Force One arrive à la base militaire d’Offutt (Nebraska), siège de l’US Strategic Command (contrôle du feu nucléaire). Les codes présidentiels étant en possession des assaillants, c’est par sa présence physique que George W. Bush authentifiera ses ordres si nécessaire. D’un bunker souterrain, le président Bush tient une vidéo-conférence de 65 minutes avec Dick Cheney et Condoleeza Rice, qui se trouvent dans le bunker de la Maison-Blanche, et avec Donald Rumsfeld au National Military Joint Intelligence Center du Pentagone.

16h30 : à bord d’Air Force One, le président Bush quitte la base d’Offutt (Nebraska) pour la base de Saint Andrew à Washington. Les journalistes accrédités continuent le périple à bord de l’avion présidentiel.

17h00  : à Londres, Tony Blair préside la réunion du cabinet de crise britannique (Cobra Committee).

17h20 : l’immeuble 7 du World Trade Center s’effondre.

17h30 : un point de presse est donné à bord d’Air Force One aux journalistes présents par le porte-parole, Ari Fleischer. Il est indiqué qu’à Offutt, le président a tenu une vidéo-conférence et qu’il a reçu le soutien des alliés et de la Russie. Il n’est pas question de terrorisme.

18h50 : Air Force One atterrit à la base de Saint-Andrew, près de Washington. Le président Bush embarque dans un hélicoptère pour rejoindre la Maison-Blanche.

18h54 : le président Bush arrive à la Maison-Blanche. Il voyage dans un groupe d’hélicoptères des Marines, de sorte qu’on ne puisse identifier précisément lequel le transporte.

20h30 : le président Bush s’adresse à la nation. " Aujourd’hui, mes chers concitoyens, notre mode de vie, notre liberté même ont été attaqués lors d’une série d’actes terroristes mortels et délibérés (…)

JPEG - 12.7 ko

L’Amérique, nos amis et alliés, et tous ceux qui cherchent la paix et la sécurité dans le monde, nous nous dressons ensemble pour gagner la guerre contre le terrorisme". Ce message reprend la qualification de terrorisme qu’il désigne de nombreuse fois comme " démoniaque ". Il n’est plus question de faire payer les coupables de ces actes particuliers, mais de conduire une guerre contre le terrorisme en général. En choississant cette rhétorique et ce but de guerre, le président Bush reprend à son compte la déclaration faite par Tony Blair dans la matinée.

20h35 : le président Bush réunit le Conseil national de sécurité.