Réseau Voltaire

Une hausse continue des effectifs de la population carcérale malgré une inflexion récente

+

Longtemps, la croissance de la population carcérale a été considérée comme inexorable. Pourtant, depuis quatre ans, cette population s’est réduite de quelque 2.500 détenus. Toutefois, cette baisse n’a pas permis d’enrayer le surpeuplement carcéral en raison d’un allongement sensible de la durée des peines.

A) UN DOUBLEMENT DE LA POPULATION PENALE EN VINGT ANS

Jusqu’en 1996, la population pénale n’a cessé de croître. Selon une étude de M. Pierre Tournier, ingénieur de recherche au CNRS, la population carcérale en France a doublé de 1975 à 1995, pour atteindre quelque 54.000 détenus, tandis que, pour la même période, la population française n’augmentait que de 10 %. Le terme " d’inflation carcérale " a été utilisé pour caractériser cet accroissement du nombre de détenus, qui est sans commune mesure avec l’accroissement du nombre d’habitants.

L’année 1996 marque une rupture dans cette évolution, puisqu’à partir de cette date la population carcérale diminue : au 1er janvier 2000, elle s’élevait à près de 51.500 détenus, soit 6,6 % de moins qu’en 1996.

Toutefois, cette diminution ne concerne que la métropole. La population carcérale en outre-mer continue d’augmenter.

Les chiffres mentionnés précédemment donnent des indications sur la population carcérale à un instant " t ". Ils ne doivent cependant pas occulter le fait que les prisons se caractérisent par un mouvement incessant d’entrées et de sorties de détenus : si le " stock " de détenus s’élevait à 52.961 en 1999, 77.214 entrées et 78.734 sorties avaient été comptabilisées la même année.

B) LA DUREE MOYENNE DE DETENTION : UN QUASI-DOUBLEMENT EN VINGT ANS

En dépit d’une réduction du nombre des entrées, les effectifs de la population carcérale ne diminuent que lentement du fait d’un fort allongement de la durée des peines, comme en témoigne le tableau ci-après :

Si le nombre d’entrées en détention a diminué de 4,6 % de 1977 à 1997 en métropole, la durée moyenne de détention a augmenté sur la même période de 71 % pour atteindre 8,11 mois en 1997. En 1999, elle était de 8,7 mois en prenant en compte les départements et territoires d’outre-mer.

L’allongement de la durée moyenne de détention est évidemment lié à l’alourdissement des peines prononcées. Entre 1988 et 1998, le nombre de détenus en exécution de peine a augmenté de 4,3 %. Pendant la même époque, le nombre de détenus exécutant une peine de moins de trois ans a diminué de 17 % (et de 30 % pour ceux exécutant une peine de moins de six mois). En revanche, le nombre de détenus purgeant une peine de plus de cinq ans a été multiplié par 2,5.

Désormais, les détenus exécutant une peine de plus de 5 ans représentent près de 40 % des condamnés, alors que ceux exécutant une peine de moins de six mois constituent moins de 12 % des condamnés.

Pour les longues peines, au début de 1999, 5.856 détenus purgeaient une peine de 10 à 30 ans et 566 étaient condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité.

C) LA PREPONDERANCE DES HOMMES DANS LA POPULATION CARCERALE

Le tableau ci-après révèle la prépondérance des hommes dans la population carcérale. Répartition de la population carcérale entre les hommes et les femmes

Au 1er janvier 1999, 2.029 femmes étaient incarcérées, soit 3,8 % de la population carcérale, contre 96,2 % pour les hommes.

La part des femmes dans la population carcérale a peu évolué en vingt ans. En 1980, elles représentaient 3,1 % des détenus. Ce pourcentage a légèrement augmenté jusqu’en 1989 où il s’élevait à 4,4 %, puis il a de nouveau baissé à partir de 1993 jusqu’à aujourd’hui.

Il existe relativement peu d’établissements pénitentiaires accueillant des femmes ; la plupart des 54 maisons d’arrêt et centres pénitentiaires (sur un total de 140) ne proposent d’ailleurs qu’un " quartier femmes ", et non une " maison d’arrêt femmes ", comme il en existe à Fresnes ou à Fleury-Mérogis.

Il n’existe que quatre centres de détention pour les femmes. Les prisons pour femmes Maisons d’arrêt : Agen, Albi, Amiens, Angoulême, Avignon, Baie-Mahaut, Bayonne, Beauvais, Bonneville, Bordeaux-Gradignan, Borgo, Bourges, Brest, Caen, Cahors, Châlons-en-Champagne, Chambéry, Coutances, Dijon, Draguignan, Ducos, Epinal, Faa’anuutaniana, Fleury-Mérogis, Fresnes, Gap, Laval, Le Puy, Limoges, Loos-lès-Lille, Lorient, Lyon, Marseille, Metz, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nice, Nîmes, Nouméa, Orléans, Pau, Perpignan, Poitiers, Remiré-Montjoly, Rennes, Riom, Rouen, Saint-Denis de la Réunion, Saint-Etienne, Saintes, Toulouse, Valenciennes, Vannes, Versailles.

Centres de détention : Bapaume, Joux-la-ville, Marseille, Rennes.

Centres de semi-liberté : Corbeil, Grenoble, Lyon, Maxeville, Souffelweyersheim.

Cette situation pose de graves problèmes d’éloignement par rapport aux familles et constitue un handicap supplémentaire pour une réinsertion.

Les femmes semblent fortement touchées par la toxicomanie et des troubles psychiques de gravité inégale. Deux principaux motifs expliquent leur présence en prison : les infractions à la législation sur les stupéfiants et les crimes de sang. Très souvent, elles sont là en tant que " complices " : elles ont refusé de parler, pour couvrir leur mari ou compagnon.

Autre particularité, le code de procédure pénale prévoit que la garde des femmes est assurée exclusivement par un personnel féminin. Les personnels de sexe masculin doivent être dûment autorisés par le directeur ou la directrice de l’établissement, pour se rendre dans un quartier femmes.

Le cas des nouveau-nés et des très jeunes enfants est particulièrement douloureux. Pendant leurs dix-huit premiers mois, même s’ils sont " libres " et " innocents " et donc heureusement dispensés de la formalité de l’écrou, ils restent auprès de leur mère en détention. Au-delà de dix-huit mois, afin d’être " socialisés ", ils sont placés à l’extérieur7(*). Avant dix-huit mois, les personnels s’efforcent de placer, plusieurs après-midi par semaine, l’enfant en halte garderie, afin que la séparation soit moins brutale.

Au total, il existe 59 places de ce type en France.

Votre commission d’enquête a pu se rendre dans la nurserie de Fleury-Mérogis : les conditions de détention des mères étaient comparables à celles d’un séjour prolongé dans un hôpital.

Cette unité accueille les femmes enceintes à partir de quatre mois de grossesse, ainsi que les jeunes mères jusqu’aux dix-huit mois de l’enfant.

L’équipe de suivi consacre beaucoup de temps pour aider les mères à s’occuper de leurs enfants, particulièrement celles qui ont commis antérieurement un infanticide. On leur apprend leur " métier " de mère, ce qui constitue une première étape d’une insertion dans la société.

Des Etats voisins de la France ont un système différent ; par exemple, la législation italienne prévoit que les mères d’enfants de moins de dix ans, pour les peines ou reliquats de peine de moins de quatre ans, peuvent les exécuter chez elles. La même règle s’applique aux pères quand la mère est décédée.

Le législateur s’en est récemment inspiré, en adoptant l’article 122 de la loi du 15 juin 2000 renforçant la protection de la présomption d’innocence et les droits des victimes, qui insère un nouvel article 729-3 au code de procédure pénale. Cet article prévoit qu’une libération conditionnelle peut être accordée à tout condamné -hors personnes responsables d’un crime ou d’un délit commis sur un mineur- à une peine privative de liberté inférieure ou égale à quatre ans, ou pour laquelle la durée de la peine restant à subir est inférieure ou égale à quatre ans, " lorsque ce condamné exerce l’autorité parentale sur un enfant de moins de dix ans ayant chez ce parent sa résidence habituelle ".

D) LES ETRANGERS : LE QUART DE LA POPULATION PENALE

En 1999, 23,6 % de la population carcérale est d’origine étrangère, ce qui représente quelque 12.500 personnes.

Cette moyenne nationale recouvre en réalité de fortes disparités. Ainsi, à la maison d’arrêt de Villepinte, 50 % des détenus sont des étrangers et 60 nationalités différentes sont représentées. De même, à la maison d’arrêt de Paris-la Santé, la proportion d’étrangers s’élève à près de 60 % et ceux-ci se répartissent entre 83 nationalités. Plus de la moitié de la population carcérale de Guyane est également étrangère et est principalement originaire du Surinam et du Brésil, les longues peines étant par ailleurs transférées dans les maisons centrales de métropole.

Il apparaît ainsi qu’entre 1980 et 1993, les effectifs de la population étrangère incarcérée ont plus que doublé, passant de 7.070 à 15.125. Parallèlement, le poids de la population étrangère augmentait de 11,6 %, passant de 19,8 % à 31,4 %.

Depuis 1997, le nombre d’étrangers incarcérés diminue non seulement en valeur relative, mais aussi en valeur absolue.

Au 1er janvier 1999, 60,3 % des étrangers incarcérés étaient originaires d’Afrique, dont 20,6 % d’Algérie et 18,1 % du Maroc. 24,7 % étaient européens, 8,7 % venaient d’Asie et 5,8 % d’Amérique.

La commission a constaté que les étrangers étaient particulièrement défavorisés en prison.

Pour la plus grande part, ils sont indigents et n’ont que la ressource de travailler au service général ou de dépendre du bon vouloir de leurs codétenus, moyennant compensations de toutes sortes, y compris les plus inavouables, la solidarité n’étant pas la caractéristique principale du monde pénitentiaire.

Pour beaucoup, ils sont illettrés, ne maîtrisent pas la langue française, et encore moins l’écrit, alors que la prison est bureaucratique, paperassière et ne fonctionne que par le formulaire : une demande écrite est toujours requise pour voir un médecin, rencontrer un travailleur social ou un visiteur, cantiner, revendiquer une formation ou un travail...

Dans ces conditions d’infériorité, les détenus étrangers, qui ne passent le plus souvent que quelques mois dans nos maisons d’arrêt, sont ceux dont les droits sont les moins respectés : parqués dans des quartiers " ethniques " comme à la Santé, regroupés indistinctement entre prévenus et condamnés, peu enclins à se révolter, chargés des plus basses besognes, ils sont les premiers à être entassés dans les cellules les plus dégradées en cas de surpopulation conjoncturelle ou structurelle.

La commission a rencontré plusieurs dizaines de détenus étrangers au cours de ses déplacements dans les maisons d’arrêt, ressortissants de pays africains, d’Europe de l’Est, du Proche-Orient, de l’Amérique du Sud...

Elle a estimé que la plus grande part de cette population n’avait rien à faire dans nos prisons, à l’exception naturellement de ceux qui sont condamnés et notamment à de longues peines, comme les terroristes, et que leur incarcération contribuait à aggraver la surpopulation pénale et les conditions de détention.

Elle distingue mal l’intérêt d’incarcérer des étrangers en situation irrégulière sauf à dissuader -bien peu- les candidats à l’immigration dans notre pays.

Une politique réaliste de lutte contre l’immigration incontrôlée passe sans doute par d’autres moyens.


Source : Assemblée nationale. http://www.senat.fr

Rapports officiels

Rapports d’institutions nationales et internationales classés par thème.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.