JPEG - 17.8 ko
Palais de l’Elysée - Lundi 10 février 2003
© Service photographique de la Présidence de la République

« La Russie, l’Allemagne et la France, en étroite coordination, réaffirment que le désarmement de l’Irak, conformément aux résolutions pertinentes de l’ONU depuis la résolution 687, est l’objectif commun de la communauté internationale, et qu’il doit être mené à son terme dans les meilleurs délais possibles.
Il y a un débat sur les moyens d’y parvenir. Ce débat doit se poursuivre dans l’esprit d’amitié et de respect qui caractérise nos relations avec les Etats-Unis et avec d’autres pays. Toute solution doit s’inspirer des principes de la charte des Nations unies tels qu’ils viennent d’être rappelés par le secrétaire général, M. Kofi Annan.
La résolution 1441, adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité, offre un cadre dont toutes les possibilités n’ont pas, à l’évidence, encore été explorées.
Les inspections menées par l’ONU et l’AIEA ont déjà produit des résultats. La Russie, l’Allemagne et la France sont favorables à la poursuite des inspections et au renforcement substantiel de leurs capacités humaines et techniques par tous les moyens et en concertation, naturellement, avec les inspecteurs, dans le cadre de la résolution 1441.
Il y a encore une alternative à la guerre, nous en sommes sûrs. L’usage de la force ne pourrait constituer qu’un ultime recours. La Russie, l’Allemagne et la France sont déterminées à donner toutes les chances au désarmement de l’Irak dans la paix.
Pour mener à leur terme les inspections, il appartient à l’Irak d’apporter une coopération active avec les inspecteurs. Et l’Irak doit assumer pleinement ses responsabilités.
La Russie, l’Allemagne et la France constatent que la position qu’elles expriment rejoint celle d’un très grand nombre de pays, au sein du Conseil de sécurité. »