GIF - 2.4 ko

Tom Ridge, le secrétaire états-unien à la Sécurité de la Patrie (Homeland Security), a annoncé, mercredi 19 février, le lancement d’une grande campagne intitulée « Ready campaign » (« Soyez prêt »). Organisés en trois parties, les documents (sites internet, brochure) invitent les États-uniens à se préparer à une éventuelle attaque terroriste. Le lancement de cette campagne intervient peu après le déclenchement, par le gouvernement, de l’alerte orange de « menace terroriste ».
Dès l’introduction, le lecteur est conditionné par l’emploi des mots « terrorisme », « armes biologiques, chimiques, nucléaire, radiologiques ». Le caractère inattendu d’une attaque est mis en avant pour suggérer l’urgence à s’y préparer.

Afin d’impliquer le public ciblé dans une logique paranoïaque, celui-ci est appelé dès à présent à effectuer des actes concrets de préparation tels que :
- se procurer des fournitures d’urgence (masques, piles, radio…) ;
- planifier, en famille, un plan de communication d’urgence ;
- parler à ses voisins et collègues, identifier ceux qui ont des compétences médicales ou un groupe électrogène ;
- acquérir le nécessaire pour improviser une chambre étanche.

Sans réellement fournir d’indications précises sur la conduite à tenir en cas d’urgence, le fascicule insiste sur la nécessité d’agir individuellement, même en posant des actes anodins. Le ressort psychologique utilisé ici est celui de l’implication physique qui justifie a posteriori la conscience de la menace. Agissant pour se protéger, l’individu se persuade de la réalité du danger, et cesse de s’interroger sur son bien-fondé. Il se mobilise lui-même.

D’autre part, l’un des leitmotivs de la campagne est « le terrorisme nous force à faire un choix : avoir peur ou être prêts ». En d’autres termes, pour s’affranchir de l’angoisse qui l’étreint, le citoyen doit renoncer à la critique et se conformer aux instructions des autorités.
Cette dialectique est classiquement utilisée pour contraindre des individus à s’enrôler dans un combat qui leur répugne : c’est un devoir moral d’attaquer préventivement avant de voir sa famille massacrée par un adversaire. Ici, constituer des stocks de nourriture et calfeutrer sa maison signifie se préparer à une éventuelle agression des États-Unis par l’Irak, laquelle justifie une attaque préventive de celui-ci.

- Le site www.ready.gov
- Le fascicule « Get ready now » (Pdf, 220 Ko)
- L’échelle de « menace terroriste » du département de Sécurité de la Patrie