Des Irakiens libres sont réunis ici aujourd’hui, et je suis rempli d’espoir alors que je regarde autour de moi ceux qui sont venus débattre ensemble la question de l’avenir de l’Irak. Le régime tyrannique de Saddam Hussein a bien pris fin, et nous savourons la victoire pour le compte du peuple irakien. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et d’autres membres de la Coalition s’étaient engagés à désarmer le dictateur et à libérer la population irakienne. Nous sommes maintenant dans la phase finale de l’exécution de cet engagement.

L’engagement que les Etats-Unis prennent maintenant envers l’Irak est d’être son partenaire et de l’aider à mettre en place un gouvernement représentatif, qui respecte les principes de la justice, l’Etat de droit et les droits du peuple irakien. Les Etats-Unis s’acquitteront de cet engagement et seront aux côtés des Irakiens aussi longtemps qu’il faudra pour accomplir cette tâche.

Notre tâche consiste à créer un Irak démocratique. Lors des entretiens que j’ai eus avec des Irakiens libres avant le déclenchement de l’opération "Liberté de l’Irak", que ce soit à Londres, au Kurdistan irakien ou ailleurs, et d’après ce que nous avons appris ces derniers jours d’Irakiens qui sont maintenant libres, il est clair que les Irakiens désirent, entre autres, la démocratie. Aucun d’entre nous, qu’il soit américain ou irakien, ne pense que ce sera rapide ou facile. L’histoire montre combien il est difficile d’instaurer une démocratie ; ce fut bien le cas aux Etats-Unis et aussi en Europe et en Asie. L’Irak ne fera pas exception. Toutefois, la population de tous les pays partage les mêmes aspirations : la sécurité, la prospérité, la liberté et l’autonomie. L’Irak est un pays dont le dynamisme se manifeste dans son patrimoine, dans sa foi religieuse, dans ses ressources et dans sa population. Sa diversité même - la mosaïque d’Arabes sunnites et chiites, de Kurdes, de Turkmènes, d’Assyriens, de Chaldéens, de Yazidis et d’autres encore - constitue une source immense de richesses et de talents. Les choix que l’Irak va faire au cours des semaines et des mois à venir auront une influence sur le passage à un régime démocratique et sur la formation d’un gouvernement responsable devant tous les Irakiens.

La Coalition est en faveur de la mise en place, dès que possible, d’un gouvernement provisoire irakien, en attendant que des élections puissent avoir lieu. Ce gouvernement provisoire doit avoir une large assise et être représentatif. Il doit être aussi temporaire. L’Irak a eu des Constitutions provisoires qui ont duré trop longtemps et des dirigeants de transition qui sont devenus indésirables.

Cette semaine ouvre la voie à la démocratie en Irak. Notre réunion ici à Nassiriyah, avec des représentants du peuple irakien, est la première d’une série de réunions avec des Irakiens dans diverses parties du pays. Aucune de ces réunions n’aboutira à la formation d’un gouvernement pour l’Irak. Elles offriront plutôt l’occasion à des Irakiens de débattre leurs idées au sujet de la formation d’un gouvernement provisoire irakien et d’encourager un dialogue national entre Irakiens. A la suite de ces consultations, les modalités de la mise en place d’un gouvernement provisoire irakien seront élaborées.

Le gouvernement provisoire accroîtra progressivement son pouvoir et donnera aux Irakiens les moyens de participer de plus en plus à la reconstruction de leur pays dans les domaines tant économique que politique.

Il sera nécessaire d’exiger des comptes et d’encourager la réconciliation en Irak. Ce qu’il convient de faire avec les dirigeants du parti baas constituera une question importante dont les Irakiens devront décider collectivement. La position et les privilèges particuliers du parti baas ont déjà pratiquement disparu. Il sera nécessaire de faire passer ce fait dans la loi. Les Irakiens, en tant que peuple, doivent décider de quelle manière il convient de traiter différemment ceux qui ont commis les crimes de l’ancien régime et ceux qui faisaient partie du parti baas aux échelons les moins élevés et qui n’ont pas nécessairement commis de crimes ou délits. Il devrait y avoir de la place pour les fonctionnaires irakiens, par exemple les enseignants, les policiers, les ingénieurs chargés de l’irrigation, etc., qui ont servi de leur mieux leur pays, et non pas le régime tyrannique de Saddam Hussein.

Les Etats-Unis n’ont aucun désir de gouverner l’Irak, et je l’ai indiqué clairement lors de tous mes entretiens ici. Le peuple irakien doit administrer ses propres affaires dès que possible. Comme le président Bush l’a dit, "les Irakiens sont tout à fait capables de se gouverner". Les Etats-Unis ont pour objectifs la découverte et la destruction des armes de destruction massive du régime de Saddam Hussein, l’arrestation des terroristes, la satisfaction des besoins de première nécessité de la population irakienne, le rétablissement de la sécurité et la libération du peuple irakien pour qu’il puisse décider de son propre avenir. Nous sommes conscients des nombreuses difficultés auxquelles les Irakiens sont actuellement en proie et prenons des mesures pour atténuer la gravité de ces difficultés. La responsabilité va de pair avec la liberté, notamment l’obligation de ne pas faire justice soi-même, mais de réparer les injustices d’une manière organisée et légale. A cet effet, nous oeuvrerons de concert avec les Irakiens et avec d’autres en vue d’assurer la stabilité du pays.

La décision de savoir qui finalement gouvernera l’Irak est une décision qui appartient aux Irakiens. Ils ont souffert terriblement sous la dictature de Saddam Hussein. Tout comme les autres peuples, ils méritent la liberté et ils méritent de vivre en paix sous le gouvernement de dirigeants qu’ils ont choisis eux-mêmes. Ils méritent un gouvernement qui respecte les droits de tous les citoyens et de tous les groupes ethniques. Ils méritent un pays qui est réunifié, qui est indépendant et qui est libéré des années de sanctions, d’isolement et de douleur. Comme le président Bush l’a dit, "notre Coalition a un seul objectif pour l’avenir de l’Irak, à savoir rendre ce grand pays à son peuple". Les Etats-Unis seront le partenaire de l’Irak alors que les Irakiens s’orienteront vers la paix, la démocratie et la prospérité. Leur sécurité sera notre sécurité, leur réussite sera notre réussite.