C’est avec grand plaisir que je suis revenu à Beyrouth. Je suis très heureux d’avoir eu des échanges d’idées utiles avec le président, M. Lahoud, le premier ministre, M. Hariri, le président du Parlement, M. Berri, et, bien entendu, avec le ministre des affaires étrangères.

Monsieur le Ministre,

Aucun pays n’est plus résolu à favoriser la justice dans le monde que les Etats-Unis d’Amérique. Aucun pays n’a mieux montré au reste du monde comment diverses personnes, diverses religions et diverses cultures peuvent s’unir pour former un seul peuple, une seule culture, qui repose sur des valeurs communes, dont la démocratie, l’économie de marché et surtout l’importance accordée à l’individu, à tout homme, à toute femme et à tout enfant sur terre, qui descendent tous d’Abraham.

Je partage votre désir de voir la paix régner dans cette partie du monde. C’est aussi l’engagement du président Bush. Le plan du président tel qu’il l’a exposé dans son discours le 24 juin 2002 est clair. Il demande la fin du terrorisme et de la violence. Il demande la transformation de la direction de l’Autorité palestinienne. Nous observons maintenant cette transformation avec la nomination et l’investiture de M. Abou Mazen au poste de premier ministre de l’Autorité palestinienne. A la suite de cette nomination et de cette investiture, nous avons remis aux deux parties une feuille de route, qui indique un moyen de progresser.

Elle indique un moyen de progresser non seulement pour les Palestiniens et les Israéliens, mais aussi pour un règlement plus global. Les Etats-Unis sont résolus à favoriser un règlement global qui tiendrait compte des intérêts du Liban et de ceux de la Syrie. La paix doit être rétablie dans toute la région.

Les Etats-Unis sont en faveur d’un Liban indépendant et prospère, libre de toute force étrangère. Le Liban a de grandes possibilités. Il pourrait être un modèle de démocratie et de libre-échange dans la région. Les liens étroits entre le peuple des Etats-Unis et le peuple du Liban donnent une forte impulsion mutuelle à s’entraider.

Nous avons souligné avec vigueur notre préoccupation au sujet de la poursuite des activités terroristes du Hezbollah dans la région et dans le reste du monde. Nous avons également souligné l’importance de maintenir le calme le long de la frontière méridionale du Liban. Il est temps, croyons-nous, que l’armée libanaise se déploie jusqu’à la frontière et mette fin à la présence des milices armées du Hezbollah. Comme toujours, j’admire les progrès impressionnants que le peuple libanais a faits en reconstruisant le pays. Je suis fier que nous vous aidions dans le cadre des programmes de notre ambassade et de l’USAID.

J’ai eu l’occasion d’informer le ministre des affaires étrangères et les autres dirigeants libanais de mes entretiens avec le président Assad à Damas et j’ai parlé avec eux, comme je l’ai fait avec le président Assad, des changements stratégiques qui se produisent maintenant, du fait non seulement de la nomination de M. Abou Mazen et de la remise de la feuille de route, mais aussi du changement de régime en Irak. Saddam Hussein et son régime terroriste ont maintenant disparu. Le peuple irakien a maintenant l’occasion de se créer un avenir meilleur. Les forces de la coalition qui sont présentes vont rapidement rétablir la sécurité et la stabilité dans tout le pays. Nous veillerons à ce que les besoins de la population soient satisfaits. Nous veillerons à ce que la richesse de l’Irak, son pétrole, soit protégé au profit uniquement du peuple irakien. C’est son pétrole.

Nous aiderons le peuple irakien, comme nous le faisons déjà, à créer un nouveau gouvernement par des moyens politiques que l’on peut déjà observer, à savoir des réunions de responsables chargés de décider quelle forme de gouvernement ils souhaitent adopter, un gouvernement qui doit cependant être démocratique et respecter la volonté de toute la population de l’Irak. Nous resterons aussi longtemps que cela sera nécessaire pour garantir que la tâche est bien exécutée et que nous pouvons rendre le pays au peuple irakien.

Nous solliciterons l’aide des pays du monde entier pour maintenir la paix en Irak et pour reconstruire le pays. Nous souhaitons tout particulièrement que les Etats proches de l’Irak fassent tout ce qu’ils peuvent pour aider les nouveaux dirigeants irakiens.

Monsieur le Ministre,

Le Liban a donc un rôle à jouer dans tout cela, et je me réjouis de collaborer avec vous et avec vos collègues dans les mois à venir, alors que nous progresserons ensemble.

Traduction officielle du département d’État