Réseau Voltaire

L’enjeu de la Mer Caspienne

+

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Kamal Kharazzi, a souligné que les accords bilatéraux signés par certains États bordant la mer Caspienne n’ont pas d’existence légale et ne peuvent servir de base à un régime légal pour régir la mer. Il a précisé que les accords bilatéraux ou trilatéraux entre ces États ne sont que des accords pour se partager les enjeux de certaines zones, et ne concernent ainsi pas la région toute entière. Cette déclaration intervient alors que, le 15 mai, la Russie, le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan ont signé un accord pour partager les parties septentrionales et centrales (qui sont riches en ressources naturelles) de la Mer Caspienne entre eux, après avoir échoué à trouver un accord avec leurs voisins du Sud, l’Iran et le Turkménistan. Les trois pays ont réclamé des parts proportionnelles à la longueur des côtes caspiennes des pays, l’Azebaïdjan et la Russie obtenant ainsi chacun 19%, tandis que le Kazakhstan obtenait 29%. L’Iran et le Turkménistan devraient donc se partager les 33% restant.

Source
Iran Daily (Iran)

« Kharazzi : Unilateral Caspian deals illegal », Iran Daily, 22 mai 2003.

Regards du Proche-Orient

Le monde vu du Proche-Orient. Tous les jours, le Réseau Voltaire a relevé les informations publiées dans la presse du Proche-Orient et les a résumé sous forme de dépêches sourcées (mai 2003-janvier 2004).

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.