Dans le discours qu’il a prononcé le 9 mai à l’université de Caroline du Sud, le président Bush a réaffirmé la résolution des Etats-Unis de promouvoir et de soutenir la réforme au Moyen-Orient par le truchement de son Initiative de partenariat entre les Etats-Unis et cette région. Nous donnons ci-dessous des précisions sur les objectifs et les programmes que le président a mentionnés dans son discours.

Promotion de la croissance économique

Le président a annoncé qu’une zone de libre-échange entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient verrait le jour d’ici une dizaine d’années. S’inspirant des zones de libre-échange qu’ils ont négociées avec Israël et la Jordanie, les Etats-Unis vont progressivement prendre les mesures suivantes :

- Aider les pays réformateurs à devenir membres de l’Organisation mondiale du commerce.

- Négocier des traités bilatéraux d’investissement et des accords sur le commerce et les investissements avec des gouvernements résolus à améliorer leurs régimes commerciaux et financiers.

- Achever les négociations sur la création d’un accord de libre-échange avec le Maroc d’ici à la fin de l’année.

- Ouvrir, en étroite consultation avec le Congrès, des négociations en vue de la création de nouveaux accords bilatéraux de libre-échange avec des gouvernements engagés dans la libéralisation commerciale.

- Offrir une assistance à la construction et à l’expansion de capacités commerciales de façon que les pays concernés puissent bénéficier de leur intégration dans les rouages du commerce international. Cette année, nous avons financé des séminaires d’assistance technique commerciale dans des pays du Golfe et une assistance dans les domaines commerciaux et financiers au Bahreïn. La semaine prochaine, le Prince héritier du Bahreïn, cheikh Salmane Ben Hamad Al Khalifa, viendra aux Etats-Unis promouvoir les relations commerciales entre les Etats-Unis et son pays.

Les Etats-Unis vont créer une Société financière du Moyen-Orient, qui aura pour mission d’aider les petites et moyennes entreprises à obtenir des capitaux et à créer des emplois.

Dans le cadre de l’Initiative de partenariat avec le Moyen-Orient, les Etats-Unis fourniront une assistance technique afin de réformer les régimes commerciaux, d’améliorer le climat des échanges et de l’investissement, et de renforcer les droits de la propriété. Ce programme sera mis en oeuvre en coopération avec des écoles de droit et des juristes des Etats-Unis et du Moyen-Orient, et également grâce à des contacts directs entre hommes d’affaire. Il s’appuiera sur le Programme de développement du droit commercial mis en oeuvre en Afrique du Nord par le ministère américain du commerce.

Nous continuerons de promouvoir la transparence et la responsabilité dans les finances publiques, d’aider les pays à lutter contre la corruption et de soutenir les réformes financières fondées sur les meilleures pratiques internationales. De concert avec nos partenaires du G8, nous sommes en train de promouvoir la bonne gestion des sociétés afin de nous acheminer plus rapidement vers la transparence et la responsabilité. Cette année, nous avons financé un programme régional de gestion des sociétés qui sera mis en oeuvre par le Centre pour l’entreprise privée internationale (CIPE).

Dans le cadre de l’engagement des Etats-Unis envers la stabilisation et le développement du Moyen-Orient, et envers le resserrement des relations commerciales avec la région, le secrétaire d’Etat Colin Powell et le représentant des Etats-Unis pour le commerce extérieur, Robert Zoellick, participeront à une réunion annuelle extraordinaire du Forum économique mondial qui se tiendra à Amman (Jordanie) à la fin du mois de juin.

Promotion de l’éducation et des connaissances

Plus de la moitié des femmes arabes ne savent pas lire. Nous avons l’intention d’étendre notre coopération réussie avec le Maroc et le Yémen afin de multiplier les programmes d’alphabétisation des filles et des femmes dans d’autres pays.

Nous coopérerons avec divers pays afin d’aider à donner aux parents et aux collectivités leur mot à dire dans la façon dont leurs enfants sont éduqués. A cette fin, notre ministre de l’éducation, M. Paige, a reçu son homologue égyptien et trois gouverneurs la semaine dernière à Washington afin de discuter de l’expansion d’un programme qui a été mis en oeuvre à Alexandrie (Egypte) avec succès. Il s’agirait de l’étendre à d’autres villes égyptiennes et à d’autres pays de la région.

Dans les familles aux ressources limitées, l’éducation des filles est souvent la première chose qui est sacrifiée. Nous continuerons de coopérer avec les pays concernés afin d’inciter les familles à envoyer leurs filles à l’école, nous fondant sur le modèle des programmes mis en oeuvre au Maroc et en Egypte.

Promotion de la liberté et de la justice

Nous nous sommes entendus avec le Prince héritier du Bahreïn, cheikh Salmane Ben Hamad Al Khalifa, pour établir un forum régional sur la réforme judiciaire. A l’automne, un juge à la Cour suprême des Etats-Unis, Mme Sandra Day O’Connor, emmènera une équipe de juristes américains au Bahreïn pour lancer ce programme.

L’émir du Qatar a engagé d’importantes réformes dans son pays et dans la région. Son gouvernement a accepté d’accueillir la première école régionale qui fournira aux femmes désireuses de briguer des postes électifs la formation et les compétences en matière d’organisation dont elles ont besoin. D’autres écoles de ce type sont prévues pour le Levant et le Maghreb.

Internews, une organisation internationale sans but lucratif vouée au soutien de la liberté des médias dans le monde, commencera à dispenser une formation, notamment sur le droit des médias, à l’intention de participants qui, dans un premier temps, viendront de l’Algérie, de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, de l’Egypte, du Liban, du Maroc et de la Tunisie.

Des programmes de formation des partis politiques et de l’aide à l’organisation et à l’observation d’élections ont été mis en oeuvre au Yémen, au Maroc et au Bahreïn. L’Institut national démocratique pour les affaires internationales (NDI), l’Institut républicain international (IRI), et l’International Foundation for Electoral Support (IFES), en collaboration avec diverses organisations de la région, sont en train de fournir une assistance électorale à la Jordanie en prévision du scrutin du 17 juin prochain. Des fonds ont également été réservés pour une aide à l’organisation des prochaines élections législatives au Qatar.

Source : département d’État